Maroc-Presse

Politique, santé et économie au menu des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc)

Les quotidiens marocains parus ce jeudi se focalisent sur nombre de sujets notamment les relations Maroc-Guinée Bissau, la crise de l'écosystème de santé au Maroc et le projet de loi de finances-2021.

+Le Matin+ rapporte que le gouvernement de la République de Guinée-Bissau réitère son soutien à la marocanité du Sahara et à l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc, a indiqué la ministre des Affaires étrangères et des Communautés de la Guinée-Bissau, Mme Suzi Carla Barbosa, en visite de travail au Maroc.

S’exprimant lors d’un point de presse à l’issue d’un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, la ministre bissau-guinéenne a fait part également de l’appui de son pays aux efforts des Nations-unies pour parvenir à une solution durable au différend sur le Sahara marocain.

« Le Maroc peut compter sur le soutien du gouvernement bissau-guinéen au sein des instances internationales et africaines, dont la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a affirmé Mme Carla Barbosa, qui s’est félicitée de l’excellence des relations d’amitié et de coopération unissant les deux pays.

+L’Opinion+ estime qu’en dépit des assurances du ministère de la Santé sur les taux d’occupation des lits, les services de réanimation sont au bout de leurs capacités, relevant que le bilan des décès à cause du Coronavirus ne cesse de s'alourdir pour franchir la barre des 3000 cas.

Le peu d’égards accordé par les gouvernements successifs à la santé publique démontre avec la pandémie du Covid l'apogée de ses conséquences désastreuses, constate le quotidien, soulignant que cette réalité a engendré un système de santé à bout de souffle qui ne rassure pas les malades, dont une partie préfère l’automédication plutôt que d'aller à l’hôpital

Au lieu de mettre tous les moyens pour venir en aide à l'hôpital public, le gouvernement promet 1500 postes supplémentaires pour la Santé dans son prochain budget, déplore-t-il, notant qu’il s’agit d’une démarche peu sérieuse qui cache mal la frilosité comptable de l'Exécutif.

Pour sa part, +Aujourd’hui Le Maroc+ écrit qu’à travers le projet de loi de Finances 2021 et les dispositions proposées pour la relance de l’économie, le gouvernement apporte des solutions qu’il estime être les plus appropriées tout en tenant compte de ses contraintes aussi bien budgétaires que sociales voire politiques.

Les élus ont le devoir, pour leur part, d’enrichir et d’améliorer les solutions pour l’intérêt général loin des calculs partisans, relève le journal, notant qu’à travers la deuxième Chambre, ce sont également les acteurs sociaux et professionnels, tels que les syndicats et la CGEM, qui se trouvent associés à cet exercice collectif dans une conjoncture périlleuse.

2021 sera une année électorale par excellence avec des législatives, des professionnelles et des communales, souligne-t-il, ajoutant qu’au même titre que tous les autres acteurs, voire plus, le citoyen lambda sera lui aussi responsable et comptable de la réussite ou de l’échec à travers sa participation et ses choix qui seront déterminants dans la trajectoire des années à venir.

HA/APA

Réagir à cet article