Niger - Présidentielle - Vote

Présidentielle nigérienne : jour de vérité pour Bazoum et Ousmane

APA-Niamey (Niger)

Les Nigériens élisent ce dimanche leur président pour les cinq prochaines années. Sur les trente candidats de la ligne de départ, il n'en reste que deux : Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane.

La première alternance démocratique du Niger, indépendant depuis le 3 août 1960, est toute proche. Ce 21 février, 7,4 millions d'électeurs doivent choisir un successeur à Mahamadou Issoufou. L'actuel chef de l'État qui entrera dans les livres d'Histoire pour avoir respecté la limitation constitutionnelle du mandat présidentiel.

Son dauphin, Mohamed Bazoum, a accompli son devoir civique à l'hôtel de ville de Niamey. Il a aussitôt invité tous les citoyens « à voter massivement pour renforcer la maturité démocratique de notre pays ». Au premier tour, le candidat du parti au pouvoir a recueilli 39,3% des suffrages valablement exprimés contre 16,9% pour Mahamane Ousmane. 

Dans son fief Zinder (sud) où il a voté, l'ancien président de la République (1993-1996) a déclaré : « Nous venons d'exercer notre devoir civique et électorale. Restons unis autour des idéaux et programmes du RDR Tchanji (son parti). On s'attend à une victoire massive ».

Le 18 février dernier, le président sortant, Mahamadou Issoufou, s'est offert une tribune pour lancer un appel à l'unité lors de la cérémonie d’inauguration d'un troisième pont sur le Fleuve Niger à Niamey, la capitale : « Le Niger est un pays un et indivisible. Je lance donc un appel à tous en cette veille d’élection pour qu’ils ne perdent jamais de vu cela. Pour qu’ils ne perdent jamais de vu l’importance de cet acquis du peuple nigérien ».

Pour ce scrutin historique, les 26.000 bureaux de vote du pays sont ouverts de 8 à 19 heures (GMT+1). La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) devrait annoncer les résultats provisoires dans cinq jours.

ID/cgd/APA

Réagir à cet article