à l'instant

    Maroc-Afrique-Technologie

    Rabat abrite la 3ème édition de l’Africa IT Expo 2018

    APA-Rabat (Maroc)

    La 3ème édition l’Africa IT Expo 2018 (AITEX) aura lieu les 4 et 5 octobre 2018 à Rabat à l’initiative de la Fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (APEBI).

    Organisée en partenariat avec le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie Numérique, et l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), ce rendez-vous incontournable des acteurs et professionnels du secteur des IT au Maroc et en Afrique, sera l’occasion de passer en revue les différentes évolutions et les défis du secteur.

    Dans son nouveau format, cette nouvelle édition, très prometteuse, témoigne du fait que le business forum international AITEX s’impose désormais comme un vrai hub IT, une vitrine digitale d’un continent qui se réinvente, selon les organisateurs.

    Placée sous le thème : «Quel digital pour l’Afrique du futur ?» cette manifestation prévoit un programme riche en événements avec des conférences plénières, un village de l’innovation les Afritech, des rencontres BtoB, des side évents ou encore de la Digital Art Street.

    Ce Forum, qui a choisi comme invités d’honneur deux pays africain, l’un de l’Ouest à savoir le Bénin et l’autre de l’Est du continent, en l'occurrence le Rwanda, s’assigne pour objectifs de se positionner comme une vitrine IT pour le continent, de renforcer les échanges Sud-Sud et Nord-Sud, de présenter des projets innovants et structurants aux investisseurs et aux donneurs d’ordre, de présenter les dernières innovations et promouvoir les solutions, les produits et services lors des Afritech et dans le Village innovation.

    Elle sera une occasion pour présenter des contributions de différents pays, analyser des success stories ou des best-practices et aussi mettre en valeur la croissance en Afrique qui est capable de devenir une locomotive occupant une place dans l’économie émergente sur l’échiquier mondial.

    Il va sans dire que le numérique offre un potentiel de développement non négligeable pour le continent, notamment par l’avènement de nouveaux types de services dans plusieurs domaines tels que l’éducation, la santé, le commerce, l’agriculture ou la finance.

    L’Afrique est engagée pleinement dans cette transformation digitale qui offre une formidable opportunité pour son développement : choix économiques et sociétaux permettant de rendre plus accessibles aux populations des services de base, et in fine s’adosser à une économie plus inclusive, plus éco-responsable, innovante et profitable à tous, lit-on dans une note conceptuelle de cet événement.

    Afin de réussir ce virage, des plans de mise en œuvre ont été déployés dans bon nombre de pays, et requièrent de nouvelles plateformes de partenariats privilégiant la coopération renforcée entre les pays du sud. L’Afrique doit inspirer et avoir comme ambition de se positionner comme précurseur apportant sa pleine expertise dans le domaine.

    Les innovations technologiques en Afrique se traduisent par l’émergence de nouveaux produits et de nouvelles pratiques qui apparaissent comme étant le signe d’une mutation (socio-économique, politique et environnementale) profonde et durable du continent.

    Ces solutions qui viennent du continent révèlent qu’au cœur même de l’Afrique réside sa capacité à répondre aux besoins essentiels de ses populations dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, ou encore de l’inclusion financière.

    Certes, la révolution technologique donne lieu à des espaces ouverts de partage de connaissances et d’expériences, de formation, d’échanges et de collaboration auxquels contribuent tous les acteurs africains de l’innovation technologique.

    Ainsi, il importe de réfléchir aux moyens de mutualisation entre structures africaines de l’innovation technologique pour en faire de véritables fleurons technologiques continentaux et répondre durablement aux enjeux économiques, environnementaux de chaque pays.

    HA/APA

    Réagir à cet article