à l'instant

    RD Congo politique

    RD Congo : Ouverture des travaux sur l’arrangement particulier relatif à l’accord politique

    APA Kinshasa (RD Congo).

    Le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), Mgr Marcel Utembi a appelé les participants aux travaux sur l’arrangement particulier relatif à l’accord politique du 31 décembre 2016, ouverts mercredi à Kinshasa, à travailler avec « diligence et célérité » pour terminer ces travaux d’ici le samedi 14 janvier.

    Le prélat catholique les a exhortés à privilégier, au cours de leurs échanges, l’intérêt supérieur du peuple congolais qui veut aller
    rapidement aux élections et voudrait voir sa situation sociale s’améliorer.


    L’arrangement particulier permettra d’établir la feuille de route qui va reprendre les différentes étapes à franchir jusqu’à l’organisation
    des élections en commençant par la mise en place du « Comité national de suivi » et du gouvernement, le calendrier électoral, etc.


    Aussitôt après leur ouverture officielle, ces travaux ont été suspendus pour reprendre demain jeudi, le temps de permettre aux
    délégués de la Majorité présidentielle et de l’opposition de se pénétrer des documents de travail qui leur ont été remis par la CENCO.


    L’accord politique conclu le 31 décembre 2016 en RD Congo prévoit, dans ses grandes lignes, que le président de la République actuel reste en fonction jusqu’à l’élection de son successeur au plus tard « fin 2017 » et que la primature soit dirigée, pendant la transition, par la plate-forme de l’opposition le « Rassemblement ». 

    Il est également prévu, pendant cette même période, la mise en place du «Conseil national de suivi de la transition » qui sera dirigé par le président du conseil des sages du « Rassemblement » et président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS – opposition), Etienne Tshisekedi.

    Mais le leader de l’autre grande plate-forme de l’opposition, le « Front pour le respect de la constitution », Mme Eve Bazaïba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC – opposition), qui n’a toujours pas signé l’accord du 31 décembre 2016, estime que l’UDPS ne peut être à la fois, pendant la transition, « inspecteur » (organe de contrôle – Comité national de suivi) et « gestionnaire » (premier ministre).


    MYW/of/APA

    Réagir à cet article