RD Congo - Onu - Justice

RDC : le colonel Toussaint Mutanzini sélectionné pour être le procureur du Tribunal spécial sur la RCA

APA Kinshasa (RDCongo)

Le magistrat militaire congolais, le colonel Toussaint Mutanzini des Forces armées de la RDC (FARDC) a été sélectionné par le secrétaire général des Nations unies, parmi de nombreux candidats, pour le poste de procureur près le Tribunal spécial international chargé de connaître des crimes commis en République Centrafricaine.

L’annonce a été faite par le ministre de la communication et des médias, Lambert Mende Omalanga, jeudi à Kinshasa, au cours d’une conférence de presse.

Le porte-parole du gouvernement qui réagissait au rapport publié la veille par le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) et la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Congo (MONUSCO) sur les violences enregistrées dans ce pays au mois de décembre 2016, entendait ainsi mettre en évidence le fait que, par cette sélection d’un haut magistrat militaire congolais, le sommet des Nations unies faisait confiance au professionnalisme de la justice militaire congolaise.

Il a toutefois regretté que des « préposés » de l’ONU sur le terrain – en l’occurrence le BCNUDH et la MONUSCO – chargés de soutenir sur place en RDC ladite justice dans son action de répression des crimes internationaux refusent délibérément de coopérer avec elle.

Dans leur rapport publié la veille, mercredi, le BCNUDH et la MONUSCO ont fait état de 40 personnes tuées et de 147 autres blessées par l’armée et la police dans plusieurs villes du pays lors des violences qui ont émaillé la fin annoncée du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila Kabange en décembre 2016.

Pour Lambert Mende, ce rapport contient « une série d’approximations délibérées et des contrevérités » parce qu’il copie « des productions non avérées et politiquement motivées de certaines ONG ».

Selon lui, ce rapport n’est guère éloigné de ces fameux « nouvelles fabriquées » destinées à mettre une cible, en l’espèce les autorités de la RDC, dos au mur.


MYW/of/APA

Réagir à cet article