à l'instant

    Tchad-Gouvernement-Equipe

    Remaniement ministériel au Tchad : Faki Mahamat remplacé aux Affaires étrangeres

    APA-N’Djamena (Tchad) –

    Le gouvernement tchadien a connu dimanche soir un remaniement marqué par la nomination de l’ambassadeur du Tchad en France, Brahim Hissein Taha, au poste de ministre des Affaires Etrangères, de l’intégration africaine et de la coopération internationale, en remplacement de Moussa Faki Mahamat, nommé récemment président de la Commission de l’Union africaine.

    Au portefeuille des Finances et du Budget, poste inoccupé depuis fin janvier, on retrouve Christian Georges Diguimbaye qui effectue son retour dans le gouvernement.

    Au ministère de la Justice, l’enseignement-chercheur, professeur Ahmat Mahamat Hassane, analyste politique, remplace l’architecte, Hamid Mahamat Dahalob, qui occupe désormais le poste de ministre de l'Aménagement du territoire, du Développement, de l'Habitat et de l'Urbanisme

    Hamit Mahamat Dalop remplace David Houdeingar qui est envoyé au ministère des Mines de la Géologie et des Carrières dont le titulaire avait été suspendu le 31 décembre dernier.

    L’administrateur du FMI en charge du Groupe africain II, Ngueto Tiraina Yambaye, hérite du portefeuille de l’Economie et de Planification du développement là où le cinéaste Mahamat Saleh Haroun est désigné ministre du Développement touristique et de l'Artisanat.

    Par ailleurs, Adoum Younousmi (Infrastructures), le général Bichara Issa Djadallah (Défense), Ahmat Mahamat Bachir (Sécurité), Bachar Ali Souleymane (Territoire), Béchir Madet (Pétrole), Ahmat Khazali Acyl (Education) et Séid Bauche (Fonction publique) conservent leurs postes.

    Comme la précédente équipe, ce nouveau gouvernement est fort de 38 membres : 28 ministres et 10 secrétaires d’Etat.

    C’est le troisième remaniement du gouvernement dirigé par le Premier ministre tchadien, Pahimi Padacké Albert. Ce dernier avait été nommé à la tête du gouvernement en février 2016 puis reconduit le 8 août, jour de l’investiture du chef de l’Etat, Idriss Déby Itno, pour un cinquième mandat.


    AHD/cat/APA

    Réagir à cet article