Sénégal-Presse-Revue

Remous au PDS et grâce avortée de Khalifa Sall en vedette dans la presse sénégalaise

APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé -

Les quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA traitent principalement de sujets politiques, avec le remaniement « qui passe mal » au secrétariat national du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) de l’ex-président Wade et la grâce présidentielle « contrariée » de l’ex-maire de Dakar Khalifa Sall.

« Parti démocratique sénégalais : un remaniement qui passe mal », titre le quotidien national  Le Soleil, reprenant par ailleurs l’analyste de Maurice Soudjeck Dione qui indique que « Wade veut légitimer l’influence de Karim », son fils.

Ce renouvellement a fini donc de créer une « fronde contre les Wade », a noté Sud Quotidien là où L’Observateur, sous le titre « Les Wade pris à partie », rapporte une vague de réactions contre le « chamboulement » instauré par le secrétaire général du PDS.

« Ce nouveau secrétariat du PDS, c’est du grand n’importe quoi », « c’est Karim qui impose sa succession » ou « des gens à des niveaux insoupçonnés se réunissent pour faire face à Wade »  sont, entre autres, les titres de réactions à la une de ce journal.

Sur un autre sujet, L’Observateur s’intéresse à la libération annoncée de l’ex-maire de la capitale sénégalaise et il titre à ce sujet : « Khalifa Sall, le dernier coup de grâce ».

« Macky fait chanter Khalifa », indique toutefois Walf Quotidien là où EnQuête, plus radical, parle de « grâce contrariée».

Le journal note en effet que cette grâce présidentielle est suspendue à une demande qui doit venir de Khalifa Sall ou de ses proches. Cependant « faire une demande, c’est d’accepter sa culpabilité », réplique Moussa Taye, conseiller politique de l’ex-maire socialiste.

Toutefois, « la procédure pénale est épuisée depuis le rabat d’arrêt », note l’avocat El Mamadou Ndiaye.



ODL/cat/APA

Réagir à cet article