Afrique - France - Jihadisme - Lutte

Sahel : Barkhane en débat au Sénat français

APA-Bamako (Mali)

Huit ans après le déclenchement de l'opération Serval pour chasser les jihadistes du Nord du Mali, les sénateurs français dressent un bilan.

Au fil du temps, la récurrence des attaques jihadistes a provoqué un sentiment anti-français dans une partie de l’opinion au Mali. Dans cette ancienne colonie française de l’Afrique de l’Ouest, des manifestations réclamant le départ de l’opération Barkhane, qui a pris le relais en 2014 de Serval lancée en janvier 2013, ont eu lieu ces dernières années.

C’est pourquoi, le président français Emmanuel Macron avait exigé, lors du Sommet de Pau, que ses homologues du G5 Sahel « clarifient » leur position au sujet de la présence militaire française. Dans le cadre d’un débat public sous le thème « L'opération Barkhane : bilan et perspectives »,  Christian Cambon, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées au Sénat français, a soutenu mardi 9 février, qu’ « un retrait brutal de nos armées ne serait pas conforme à nos intérêts ni à ceux de nos alliés. Nous devons consolider et non sacrifier les acquis de Barkhane ».

À lire aussi: Crise malienne : quid de l’Accord d’Alger ?

Pour le sénateur Jean-Marc Todeschini, « la France ne poursuit qu'un objectif : défendre la paix pour que les peuples échappent au joug du terrorisme ».

De son côté, le sénateur Joël Guerriau en est persuadé : « Dans sa grande majorité, la population du Sahel veut le maintien de la présence armée française, contrairement à ce que laissent entendre des rumeurs malveillantes ».

M. Guerriau a toutefois relevé l’impératif de soutenabilité de l’action militaire. Pour ce faire, a-t-il indiqué, il faut notamment que « de nouveaux contingents européens prennent la relève, que les coûts soient mutualisés ».

Tout compte fait, son homologue Olivier Cigolotti a reconnu que « même s'il n'est pas envisageable de réduire massivement l'empreinte française sur le terrain, une réflexion s'impose sur un accompagnement à forte valeur ajoutée - drones, renseignements ou frappes aériennes ciblées - ».



Le sénateur Pierre Laurent, après avoir jugé que « le coût de la guerre est exorbitant » (plus d'un milliard d'euros par an depuis huit ans d’après lui), a manifesté le souhait que la France crée « les conditions d'un retrait de (ses) troupes ». Pour lui, « il ne s'agit pas d'abandonner le Mali au chaos, mais de préparer un nouvel agenda pour la région, discuté avec l'Union africaine et l'Onu. Notre appui doit être recentré sur les armées locales, avec un état-major conjoint africain ».

Après avoir écouté ces différentes interventions, Florence Parly, la ministre des Armées, a déclaré que « la stratégie au Sahel reste une priorité contre Daech et Al-Qaïda. Le risque d'expansion du jihad vers le golfe de Guinée est réel. Leur objectif est clair : faire de la région une base arrière du jihadisme ».

Le nombre de soldats français déployés au Mali est passé de 3000 à 4500 puis à 5100 hommes. Avec le temps, le reste de l’Europe a pris conscience de la nécessité d’accompagner la France dans son entreprise.

À lire aussi: G5 Sahel: les Sahéliens se retrouvent encore autour de Macron

« La sécurité du Sahel conditionne (celle) de l'Europe et nos partenaires européens sont désormais au rendez-vous avec Takuba (Task force composée de soldats des forces spéciales de pays européens destinée à soutenir Barkhane), avec l'appui à la force conjointe (du G5 Sahel) avec des missions de formation, avec la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Sans oublier les contributions de nos alliés britanniques, américains et canadiens », a expliqué Jean-Yves Le Drian, ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères.

ID/te/APA

Réagir à cet article