à l'instant

    Sénégal-Justice-Numérique

    Macky Sall pour la protection des données personnelles

    APA-Dakar (Sénégal) Par Oumou Khary Fall

    Le président Macky Sall a plaidé, mardi à Dakar, pour une protection des données personnelles et des libertés individuelles, « dont l’Etat est le garant ».

    « En effet, la question des données personnelles doit être abordée sous l’angle de la protection des libertés individuelles, dont l’Etat est le garant », a dit le chef de l’Etat, intervenant lors de la rentrée solennelle des Cours et Tribunaux.

    A son avis, ce « rôle confié à la Commission de protection des données personnelles (…) prévoit des incriminations et des sanctions liées au traitement des données personnelles, en violation de la loi ».

    « Toutefois, au-delà de la nécessaire protection de ce droit fondamental, l’exploitation des données personnelles présente un intérêt économique majeur pour les entreprises. En effet, ces données de masse communément appelées Big Data constituent une source d’application diverse dans des domaines aussi variés que les sciences, le marketing, les transports, la santé, l’éducation », a poursuivi Macky Sall, selon qui, le dispositif de protection des données personnelles doit s’adapter aux nouveaux enjeux.

    La rentrée solennelle 2019 des Cours et Tribunaux portait sur le thème : « La protection des données personnelles ».

    Le Sénégal s’est doté de la Loi 2008 du 25 Janvier 2008 qui définit les données à caractère personnel « comme toute information relative à une personne physique identifiée ou identifiable directement ou indirectement, directement par référence à un numéro d’immatriculation, un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments physiques, physiologiques, génétiques…

    Pour sa part le président de la cour suprême Badio Camara a dit que « nous sommes appelés en permanence à communiquer nos données personnelles (nom, sexe, âge, adresse), autant d’éléments rattachés à notre vie privée et le plus souvent dans l’ignorance de l’usage qui sera fait de nos données avec le risque d’un usage illicite, voire mal veillant, à des fins économiques, commerciales, politiques ou autres ».

    « Tout citoyen a un droit fondamental à ce que son honneur et sa réputation soient protégés par la loi, cette protection fait partie des droits de l’homme, aux même titre que les autres libertés d’expression ou de réunion », a dit M. Camara.

    Pour lui, « les géants de l’économie numérique qui détiennent des masses colossales de données sont en mesure d’influencer et d’orienter les droits des citoyens, ce qui pourrait constituer un danger pour la démocratie ».


    OKF/te/APA

    Réagir à cet article