Sénégal-FAO-Coopération

Sénégal : la FAO lance son Cadre de Programmation par Pays 2019-2023

APA-Dakar (Sénégal) Par Edouard Touré

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération (MEPC), Amadou Hott et le Représentant Résident de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) au Sénégal, Robert Gueï ont lancé, jeudi à Dakar, le Cadre de Programmation par Pays (CPP) pour la période 2019-2023, appris APA auprès de la FAO.

Dans une note adressée à la presse, la FAO-Sénégal explique que le nouveau CPP est le fruit de concertations avec les institutions nationales, la société civile, le secteur privé, les communautés de base et les partenaires au développement. Il est axé sur trois domaines prioritaires, à savoir la promotion d’un secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et aquacole durable, diversifié, compétitif, inclusif et porteur de croissance; l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition et renforcement de la résilience des populations vulnérables; et la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles.

Ces domaines sont articulés autour des priorités de l’Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable (ODD), du Plan Sénégal Émergent (PSE), du Plan-cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement (PNUAD) 2019- 2023 et des Initiatives Régionales (RI) de la FAO.

« L’objet de ce Cadre de Programmation par Pays est d’établir, pour les cinq prochaines années, de 2019 à 2023, les relations de collaboration entre l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Gouvernement du Sénégal sur la base des priorités définies par le Gouvernement dans ses principales politiques et stratégies relatives au secteur agricole et rural », a expliqué M. Gueï dans son discours dont APA a obtenu copie.

Selon lui, le CPP va régir l’ensemble des interventions de la FAO pour accompagner l’effort du gouvernement dans le développement du secteur agrosylvopastoral et halieutique et pour contribuer à l’appui au développement socioéconomique du Sénégal au cours des 5 prochaines années.

« Le Cadre de Programmation par Pays (CPP) s’appuie sur trois piliers principaux : les priorités nationales définies par le Gouvernement qui fixe les objectifs nationaux de développement en matière d’agriculture, de sécurité alimentaire et de nutrition, de gestion des ressources naturelles, d’amélioration des moyens d’existence des populations; les types d’interventions requis en fonction du cadre de résultats définissant les produits et l’impact attendu de la mise en œuvre du CPP ; le Plan de Travail Pluriannuel (PTP) de la FAO décrivant les modalités de réalisation des résultats stipulés dans le CPP au cours d’un exercice biennal donné », a indiqué le Représentant Résident de la Fao au Sénégal.



Pour le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération (MEPC), Amadou Hott, le présent CPP a été élaboré en tenant compte de l’évaluation du premier Cadre de Programmation Pays (2013-2017) qui a permis d’identifier plusieurs défis.

Ceux-ci portent, selon lui, sur le renforcement de la gouvernance de la sécurité alimentaire et l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions agricoles ; la gestion durable et la restauration des ressources naturelles et de l’environnement ; la construction de la résilience à travers le renforcement du système de prévention, de gestion et de mitigation des crises alimentaires et nutritionnelles et l’accompagnement du Gouvernement dans sa volonté de faire du suivi-évaluation le socle de sa politique d’émergence.




TE/APA

Réagir à cet article