à l'instant

    Sénégal-Développement-Programme

    Sénégal : un taux de performance de 90 % pour la phase 1 du PUDC (ministre)

    APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

    Souleymane Jules Diop, ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du suivi du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) a affirmé, mercredi soir à Dakar, que 90 % des objectifs dudit programme ont été atteints depuis son lancement en juillet 2015.

    « L’objectif initial était d’impacter 2, 8 millions de Sénégalais. Nous n’avons pas tout fait mais nous sommes à un taux de performance proche de 90 %. En plus de l’enveloppe de départ qui était de 113 milliards F CFA portée finalement à 129 milliards F CFA, nous avons reçu de la Chine 100 milliards F CFA pour construire 271 forages dans l’ensemble du pays. Nous avons réalisé 1000 kms de pistes rurales dont près de 700 kms sont ouverts à la circulation », a informé Souleymane Jules Diop qui était l’invité de l’émission Le Point de la Radiodiffusion Télévision Sénégalaise (RTS, publique).


    M. Diop a expliqué ce léger manquement par le fait que le Sénégal ait une « économie faible avec des tensions de trésorerie parce qu’il y a des besoins illimités ».

    Le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du suivi du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) a ainsi rappelé qu’il voulait recevoir « 26 milliards F CFA au mois de juin dernier pour résorber le gap mais il y a eu des revendications des enseignants, des médecins et des étudiants » qui ont changé la donne.


    « Le Président de la République Macky Sall a été très sensible au sort des étudiants et a pris des mesures qui ont eu un impact financier immédiat. Je l’ai accepté avec philosophie mais mon bonheur est qu’au mois de juin, tous les décomptes dus pour tout ce qui a été réalisé et certifié, ont été payés », a assuré Souleymane Jules Diop.


    En outre, il reconnaît que l’Etat du Sénégal doit à des entreprises « 9 milliards F CFA de décompte » sur une enveloppe totale de 129 milliards F CFA. Concluant, l’ancien journaliste pense « que c’est normal pour un pays comme le nôtre d’avoir une dette qui sera épongée. Il n’y a pas de problème de planification. Le rythme de travail est tellement rapide que les procédures financières en cours peuvent parfois prendre un petit retard ».


    La phase 1 du PUDC tournée, la deuxième sera lancée le 19 octobre 2018 à Bignona (sud).



    ID/te/APA

    Réagir à cet article