Mali-Côte d’Ivoire-Sécurité

Soldats ivoiriens arrêtés au Mali : l'Onu appelle à leur libération immédiate

APA-Bamako (Mali)

Pour l'Organisation des nations unies (Onu), les militaires ivoiriens en détention au Mali doivent être libérés au plus vite.

L’Organisation des nations unies (Onu) n’est pas sur la même longueur d'onde que les autorités de la transition malienne dans l'affaire des 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako. Lundi 26 septembre, le Secrétariat de l’Onu a appelé à leur « libération urgente ». Cet appel des Nations Unies intervient 72 heures après le discours du Premier ministre par intérim du Mali, le Colonel Abdoulaye Maïga, à l’Assemblée Générale de l’Onu, rappelant à son Secrétaire Général António Guterres que « la qualification judiciaire des infractions liées à cette affaire ne relève pas » de ses attributions.

S’exprimant sur ce dossier, António Guterres avait déclaré que les soldats ivoiriens n’étaient pas des mercenaires. Or, Bamako les considère comme tels. Jeudi 22 septembre, la conférence des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), réunie à New York, en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies, a décidé d’envoyer « incessamment » à Bamako « une mission de haut niveau » constituée des présidents sénégalais, togolais et ghanéen pour obtenir « la libération sans conditions » des 46 militaires ivoiriens encore en détention pour « tentative d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat ». Macky Sall, Faure Gnassingbé et Nana Akufo Addo sont attendus à Bamako dans la semaine.

Réitérant sa « profonde gratitude pour la contribution de la Côte d'Ivoire aux opérations de maintien de la paix et à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) », l’Onu « soutient fermement les efforts visant à faciliter cette libération ainsi que le rétablissement de la confiance et la promotion du bon voisinage entre les pays ».

Un début de sortie de crise était envisageable après la libération de trois parmi les 49 soldats arrêtés le 10 juillet à l’Aéroport international Modibo Keïta Sénou- Bamako. Mais recevant, vendredi 9 septembre, le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, le président de transition, le Colonel Assimi Goïta a assuré que la libération des 46 militaires ivoiriens ne devrait se faire qu’en échange de personnalités politiques maliennes en exil en Côte d’Ivoire. Pour Abidjan, il ne s'agit ni plus ni moins qu'« une prise d'otage » . Les autorités ivoiriennes ont dans la foulée décidé de saisir la Cédéao pour résoudre le différend.

AC/te/id/APA

Réagir à cet article