Soudan - Gouvernance - Crise

Soudan : le coup de force de l’armée passe mal

APA-Khartoum (Soudan)

La mise à l’écart des civils de la transition politique a provoqué des manifestations principalement à Khartoum, la capitale soudanaise.

Des Soudanais ne décolèrent pas au lendemain de la prise du pouvoir par l’armée. Ce mardi, ils ont encore agi pour le retour des civils aux affaires. À Khartoum, épicentre de la protestation, des barricades ont été érigées et des slogans anti-coup d’Etat scandés.

Par endroits, des affrontements ont opposé les manifestants aux forces de défense et de sécurité. Depuis le putsch de lundi, les heurts ont fait au moins sept morts et une centaine de blessés.

Un impressionnant dispositif sécuritaire est déployé sur des lieux stratégiques face à une contestation qui ne montre aucun signe de répit.

Pour l’heure, on est toujours sans nouvelles des membres civils du gouvernement et du Premier ministre, Abdallah Hamdok, détenus dans un lieu tenu secret. Ce dernier a refusé d’accepter la nouvelle donne dans le cadre d’une déclaration, a indiqué le ministère soudanais de l’Information.

Désormais seul aux manettes, le général Abdel Fattah al-Burhan, qui chapeautait la transition, devrait se prononcer aujourd'hui sur la situation. En tout cas, les Etats-Unis, les Nations Unies, l'Union européenne (UE), le Royaume-Uni et la Ligue arabe ont exprimé leur inquiétude au vu de la tournure des évènements au Soudan.

WN/as/fss/id/APA

Réagir à cet article