à l'instant

    Tchad-Social

    Tchad : grève illimitée des travailleurs du public à partir de lundi

    APA-N’Djaména (Tchad) -

    Les travailleurs tchadiens du secteur public, membres de la plateforme intersyndicale (UST, CIST, Synecs et SMET), ont annoncé, samedi à N’Djamèna, le déclenchement d’une grève sèche (sans service minimum) et illimitée, à partir de lundi.

    Les responsables syndicaux qui étaient réunis en assemblée générale ont pris cette décision, 24h après qu’ils n’ont pas pu rencontrer le chef de l’Etat, Idriss Déby.  

    Appelés vendredi à la présidence de la République, ils ont seulement été reçus par les membres du cabinet du président qui leur ont fait savoir, selon leurs dires, « qu’il n’y a pas de moyen de suspendre les coupes sur les salaires » des fonctionnaires.

    Ainsi, cette opération devrait se poursuivre jusqu’au mois de décembre, moment où ont pourrait faire l’économie de 30 milliards de FCFA exigés par le Fonds monétaire international.
    Le porte-parole de la plateforme intersyndicale, Barka Michel, a ajouté que leurs interlocuteurs leur ont fait savoir que, de janvier à mai, la coupe de 50% opérée sur l’augmentation générale spécifique (AGS) a rapporté plus de 14 milliards FCFA. En maintenant l’abattement jusqu’au mois de décembre, cela ferait une économie autour de 35 milliards FCFA sur l’AGS uniquement, a ajouté Barka Michel.

    Les tentatives des responsables syndicaux d’avoir des explications sur les ponctions opérées depuis septembre 2016, sont restées sans réponses, à en croire Barka Micheil, selon qui « La seule réponse donnée est qu’il n’y a pas de moyens».

    Citant le secrétaire général de la présidence, il a déclaré que ce dernier a demandé aux travailleurs de cesser toute menace de grève et d’accorder un moratoire au gouvernement jusqu’au mois de décembre.

    Les syndicalistes ont unanimement rejeté cette proposition avant de décider d’aller en « grève sèche » jusqu’à satisfaction de leurs revendications ou du moins à amener le gouvernement à respecter l’accord signé en mars dernier.

    Cet accord prévoit le paiement des salaires aux travailleurs grévistes, un moratoire de trois mois sur les crédits consentis par les banques et le maintien de l’abattement des salaires jusqu’au mois d’avril.

    L’accord prévoit également le remboursement de la différence des salaires coupés ainsi que le paiement du salaire intégral à partir du mois de mai.

    De tous ces points, seuls le paiement des salaires des grévistes et la suspension du recensement des agents ont été respectés.


    AHD/cat/APA

    Réagir à cet article