Chers visiteurs, si vous ne retrouvez pas certaines données sachez que le site est toujours en cours de Migration, merci de votre compréhension.

Tchad-Social

Tchad : la grève générale suspendue pour un mois (syndicats)

APA-N’Djamena (Tchad) -

La plateforme intersyndicale composée de l’Union des syndicats du Tchad (UST), de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST) et du Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur (SYNECS), a annoncé, mercredi, la suspension pour un mois de la grève générale qu’elle a déclenchée depuis plus de quatre mois.

Dans son communiqué conjoint dont APA a reçu copie, la plateforme informe qu’après analyse de la situation sociale qui prévaut au Tchad, les responsables syndicaux prennent à témoin le Comité national de dialogue social (CNDS) de leur volonté de trouver une issue à la grève.

Ce faisant, la plateforme appelle « tous les travailleurs du secteur public sur l’ensemble du territoire national à reprendre le travail dès ce jeudi 12 janvier 2017 ».

«Cette suspension de la grève pour un délai d’un mois a été décidée après consultation de la base. Cette période doit permettre de tout mettre en œuvre pour trouver des réponses adéquates aux revendications des centrales syndicales», indique le communiqué citant le secrétaire général adjoint de la CIST, Mahamat Nasradine Moussa.

D’après ce dernier, les revendications non encore satisfaites des travailleurs, portent notamment, sur le retrait de la loi modifiant l’exercice du droit de grève dans les services publics et la suspension du décret qui réduit de 50% les indemnités des agents de l’Etat.

Selon le vice-président de l’UST, docteur Younous Mahadjir, les syndicats exigent également du gouvernement le versement de frais de transport équivalents à un mois de salaire supplémentaire, le versement des primes des enseignants chercheurs, les primes des examens et concours du secondaire, le paiement des pensions des retraités et les subsides des maîtres communautaires.

Le Tchad est paralysé depuis septembre par une grève générale illimitée. En plus de l’administration publique qui est restée fermée, les universités et les écoles, n’ont pas rouvert leurs portes pour la rentrée académique et scolaire.

Le gouvernement avait fixé la reprise des cours pour le 3 janvier mais vu que la plateforme intersyndicale est restée source à cette mesure, les enseignants sont restés à la maison.


AHD/cat/APA

Réagir à cet article