Tchad-Religion-Noël-Message

L'Eglise convie les Tchadiens à promouvoir le «vivre ensemble»

APA-N’Djaména (Tchad) De notre correspondant : Adam Hassane Deyé -

La Conférence épiscopale du Tchad (CET), dans un message de Noël rendu public samedi à N’Djamena, a convié les Tchadiens à s’élever au-dessus du « contexte géopolitique actuel qui ne favorise pas la fraternité » en vue d’opter pour le «vivre ensemble dans l’unité, la solidarité».

Le message de Noël, axé sur le thème « Tous frères dans la maison commune», a été délivré par l’archevêque de N’Djaména, Mr Edmond Djitangar, lors d’un point de donné en présence de plusieurs dignitaires de l’église catholique du Tchad.

« La cohabitation pacifique, déplore notamment la CET, se trouve confrontée à des difficultés malgré les nombreuses rencontres entre les leaders religieuses. Les conflits intercommunautaires sans vraies solutions, l’accaparement des terres, la violation des espaces sacrés traditionnels, l’impunité, la corruption, le népotisme, le radicalisme religieux et la confusion des rôles entre l’exécutif, le législatif et le judiciaire. La peur de l’autre et la méfiance constituent une barrière qui handicape le vivre ensemble ».

«La mauvaise gouvernance créée des mécontents, engendre des tensions socio politiques et brise le tissu social», dénoncent dans leur message les évêques selon qui « le mérite et la culture de l’excellence sont remis en question. Les critères d’attribution des postes de responsabilité n’obéissent souvent pas aux principes de compétences et d’honnêteté ».

Partant de là, les évêques lancent un appel aux communautés chrétiennes pour qu’elles fassent « de leur vivre ensemble un modèle d’une fraternité universelle ».

A l’endroit des autres leaders religieux, les évêques les invitent à «entreprendre des actions qui favorisent le dialogue, qui invite à la tolérance, au pardon et à la réconciliation ».

Aux dirigeants et hommes politiques, l’église catholique leur recommande d’avoir « un sursaut de conscience politique pour amener leurs frères et sœurs à vivre comme les enfants d’une même famille dans la maison commune ».


AHD/cat/APA

Réagir à cet article