à l'instant

    Togo Presse Revue

    Togo : dialogue politique, hôtellerie et mines à la une des quotidiens

    APA Lomé (Togo)

    Au Togo, les journaux en kiosque ce vendredi traitent essentiellement des sujets politiques, de l’hôtellerie et des mines.

    ‘’Blocage du dialogue politique : les facilitateurs jettent les dernières cartes’’, titre ‘’Le Canard indépendant’’.

    « Les consultations démarrées depuis quelques jours à l’hôtel 2 février sous l’égide des émissaires ghanéens et guinéens, pouvaient constituer la dernière ligne droite vers l’ouverture du dialogue tant attendu, si les parties prenantes faisaient montre d’un sursaut national pour se consacrer à l’essentiel, en vue d’épargner à notre pays, le spectre de la désolation et de la décadence qui profile à l’horizon », note cet hebdomadaire.

    Mais à la crise, ‘’Le Tonnerre’’ ajoute la grogne sociale, et se demande si ‘’la solution venait d’un remaniement ministériel’’.

    En effet, note le journal, ‘’aux manifestations de rue de l’opposition se sont ajoutés des mouvements d’humeurs tous azimuts dans plusieurs secteurs. Le campus universitaire de Lomé est en permanente ébullition. Les agents de santé sont rentrés en grève. A tout cela s’ajoute le mot d’ordre de grève de la STT (Synergie des travailleurs du Togo). Au regard de tous ces soubresauts, on se rend compte que le gouvernement de Klassou a montré ses limites ‘’, conclut-il.

    Pour sa part, ‘‘Le Forum de la Semaine’’ rappelle ‘’la prière œcuménique pour la paix demain samedi’’, qu’organise les femmes du parti présidentiel, Union pour la République (Unir) à Lomé.

    Le journal ‘’L’Alternative’’ consacre sa une à l’hôtellerie et tire : ‘’Crise économique : compression, fermeture… alerte rouge sur les grands hôtels de Lomé’’. 

    Pour ce journal, ‘’pendant que dans la région, notamment à Accra, Cotonou, Ouagadougou, Abidjan, etc., les hôtels affichent plein, à Lomé, les clients se font rare dans la plupart des grands hôtels ‘’, à l’instar de l’Ibis, Palm Beach, Sarakawa et l’hôtel 2 février dont les photos sont mises en une.

    ‘’Banque mondiale/Projet de développement et de gouvernance minière : 8,7 milliards de FCFA pour plus de transparence dans les industries extractives’’, écrit en manchette, le  quotidien ‘‘Liberté’’ qui informe que la SNPT, la société nationale des phosphates, ‘’récuse déjà l’audit d’un cabinet indépendant’’.

    NML/of/APA

    Réagir à cet article