à l'instant

    Togo-Presse-Revue

    Togo : les prières religieuses de l’opposition disséquées par la presse électronique

    APA-Lomé (Togo) -

    Les prières chrétiennes et musulmanes qu’organisent les 14 partis de la coalition de l’opposition ce vendredi, sont ce vendredi le principal sujet à la une de la presse électronique au Togo.

    « En prélude au dialogue qui s'ouvre jeudi 15 février prochain à Lomé, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a commandé des prières musulmanes et chrétiennes », informe l’agence Afreepress. Elles auront lieu les « vendredi 09 et dimanche 11 février », précise-t-elle.

    D’après Savoir News, ces prières visent à « confier au Seigneur, les discussions qui vont s’ouvrir le 15 février 2018, afin qu’elles permettent de trouver des solutions justes et durables aux aspirations profondes du Peuple togolais ».

    Aspirations qui, détaille le site, ont rapport « à l’alternance politique, à la démocratie, à l’édification d’un Etat de droit, au développement et à la paix ».

    « Le Togo est fortement plongé dans une nouvelle crise depuis septembre dernier », peut-on lire sur Savoir News qui rappelle le contexte d’une crise « marquée par des manifestations répétées de la coalition qui exige notamment le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des Togolais de l’étranger ».

    Le site d’actualités Icilome écrit, pour sa part, que l’opposition « tient vraiment à la réussite effective des pourparlers en vue ». Raison pour laquelle ses responsables « déploient tous les moyens possibles », en organisant ces séances de prières.

    Se projetant sur l’issue du dialogue, Icilome, un site souvent pourfendeur du gouvernement, se montre pessimiste et affirme que « pour les Togolais qui ont déjà connu plus de 26 dialogues sans résultat tangible ou avancée notable, le 27e dialogue suscite peu d’espoir dans la mesure où le régime en place, bien qu’acculé par une contestation généralisée aussi à l’intérieur que dans la diaspora, n’est pas disposé à céder aux exigences d’une vraie démocratie ».

    « Depuis 1990, le pouvoir RPT/UNIR a toujours trouvé des moyens peu orthodoxes pour se soustraire de ses engagements », affirme le site non sans se demander si le dialogue qui s’ouvre la semaine prochaine ne serait pas « un nouveau marché de dupes en perspective ».


    NML/cat/APA

    Réagir à cet article