à l'instant

    Côte d'Ivoire-Afrique-Genre

    Une ancienne lauréate du prix Nobel de la paix dénonce un «pouvoir sous-estimé» des femmes en Afrique

    APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

    La co-lauréate du prix Nobel de la paix en 2011, la Libérienne Leymah Roberta Gbowee, a dénoncé mardi à Abidjan à la tribune des «Eminents conférenciers » de la Banque africaine de développement ( BAD), « un pouvoir sous-estimé» des femmes en Afrique.

    «  Les femmes ont un pouvoir sous-estimé en Afrique. Or elles ont beaucoup de pouvoirs au sein des communautés. L'Afrique actuellement regarde d'un seul œil qui représente les hommes et l'autre représentant les femmes est couvert. Il faudra pourtant regarder des deux yeux», a dénoncé Mme Leymah estimant que « le développement sera inutile s'il n'y a pas l'inclusion des femmes ».

     La tribune des  « éminents conférenciers », est une plateforme d'échanges instituée par la BAD où «d'éminents intellectuels », éclairent l'opinion sur certaines questions. Pour cette activiste qui dit revendiquer le féminisme comme identité politique, l'impact des femmes  est énorme au sein des communautés africaines.

    Poursuivant, « l'éminente conférencière » de la BAD qui est par ailleurs, la présidente de la Fondation « Gbowee»,  a partagé avec l'auditoire son engagement  pendant la guerre civile dans son pays avec le « mouvement des femmes libériennes pour l'action des masses».

    « Nous étions des femmes sans mandat, sous-estimées, mais qui avons fini par imposer la paix aux belligérants pendant la guerre au Libéria », s'est-elle félicitée. Dans la foulée, elle a invité les jeunes filles africaines « à ne pas croire à ce mythe qui dit que les africaines sont faibles ».

    « Vous êtes l'avenir de notre continent. Prenez votre éducation au sérieux. Le sexe, ça peut attendre », a-t-elle conseillé aux jeunes  africaines. Dans le même élan, elle a plaidé auprès de la BAD pour qu'elle oeuvre à l'autonomisation des femmes africaines.

     « Si vous voulez autonomiser les femmes africaines, autonomisez-les dans ce qu'elles font déjà, c'est-à-dire l'agriculture », a suggéré Mme Leymah pour qui une femme africaine autonomisée, « c'est une femme qui sait ce qu'elle veut, où elle veut aller et comment y aller».

    « Nous ( les femmes) avons Beaucoup de force sur notre continent. Je crois fermement que l'avenir est féminin », a conclu la conférencière qui s'exprimait sur le thème, « Militante de base: le pouvoir sous-estimé».

    «  Dans notre effectif, nous avons 30% de femmes et notre objectif est d'accroître cela», a fait savoir auparavant, Adesina Akinwumi, le président de la BAD soulignant que « cette année, 56% de nos projets sont marqués par le genre ».

     Pour M. Adesina qui dit croire « fermement » au pouvoir des femmes, « l'Afrique volera plus haut quand elle pourra voler avec ses deux ailes, c'est-à-dire avec les hommes et les femmes» .

    Travailleuse sociale, militante pour la paix en Afrique, Mme Leymah Roberta Gbowee a été co-lauréate du prix Nobel de la paix en 2011.

    Elle a également été à l'origine de la création du mouvement pacifiste des femmes libériennes, une organisation qui a œuvré pour la paix dans ce pays pendant la guerre civile.

    LB/ls/APA

    Réagir à cet article