Cette performance, du côté de l’offre, résulte du dynamisme observé dans les secteurs tertiaire (2,7 points), secondaire (1,1 point) et du primaire (0,4 point).

S’agissant de la demande, la consolidation de la croissance du PIB est essentiellement soutenue par la consommation finale et la composante privée de l’investissement avec des contributions respectives de 4,4 points et 2,4 points. Comparativement au même trimestre en 2018, la consommation finale s’améliore ainsi de 5,5%.

Pendant la période étudiée, et comparativement au 2ème trimestre 2018, l’économie nationale 
a enregistré une hausse de 9,6% du niveau de l’investissement total portée par sa composante privée (11,3%) et publique (3,2%).

Toutefois, signale l’INS, l’augmentation du volume des exportations (12,7%), couplée à une augmentation plus importante du volume des importations (20,3%), a détérioré davantage le solde de la balance commerciale qui demeure déficitaire de 9,2% du PIB. Hors pétrole, les importations camerounaises de biens en volume ont ainsi évolué de 21,1%.

FCEB/Dng/APA