Interrogé par APA en marge  du séminaire sur la formulation de la politique nationale de la ville en Côte d’Ivoire, organisé par le ministère ivoirien de la Ville, Dominique Strauss-Kahn a fait remarquer que « la croissance démographique, très forte en Côte d’Ivoire, est un signe de la vitalité » avec « l’explosion » de la ville d’Abidjan.

« Avec Lagos, Luanda et quelques autres grandes villes du continent, Abidjan est certainement une candidate à devenir une des grandes métropoles insérées dans le réseau des métropoles mondiales qui, aujourd’hui, fonctionnent, un peu, comme à l’écart des états », indique M. Strauss Kahn ajoutant que « les métropoles sont devenues des entités qui vivent elles-mêmes et qui créent leurs propres économies ».

Si ce n’est pas encore le cas en Afrique, l’économiste français espère que « ça va le devenir et qu’Abidjan est un des cas qui peut réussir ».

Mais pour y parvenir, recommande-t-il, « il y a plusieurs politiques à mener qui luttent contre les logements insalubres, politiques d’infrastructures, problèmes de financement, problèmes d’inégalités sociales, problèmes d’environnement… », se réjouissant du séminaire qui est, déjà, « une réussite », car à sa connaissance, « c’est une des premières fois en Afrique qu’on se préoccupe directement des problèmes de la ville », souligne l’ancien Dg du FMI. 

Un séminaire de trois jours réunit, depuis mercredi à Abidjan, autour du thème « Construire ensemble la ville ivoirienne de demain » de nombreux experts en provenance de France, de Belgique, du Sénégal, du Maroc, du Rwanda, du Mali au nombre desquels Dominique Strauss-Kahn, ancien Directeur général du FMI, Pierre Andriamampianina, secrétaire général adjoint du Sommet Afrique-France 2020, Michèle Sabban, Administratrice du Fonds mondial de développement des villes…

HS/ls/APA