« En ma qualité d'avocat principal de Mme Simone Ehivet Gbagbo, je n'ai pas eu connaissance d'une telle information et personne ne peut m'en rapporter la preuve », a soutenu Me Dadjé, expliquant qu'en«  Côte d'Ivoire, pour présenter sa demande de divorce à son conjoint, il faut d'abord la présenter en personne au juge matrimonial ivoirien ».

Poursuivant, l'avocat a fait savoir qu'il faut que la personne qui veut divorcer, comparaisse en personne, elle-même et non par le biais d'un tiers devant le juge matrimonial siégeant en Côte d'Ivoire.

 De son avis, M. Gbagbo « ne peut techniquement donc pas avoir entrepris une telle démarche» puisqu'il est en Europe depuis novembre 2011. « Mme Gbagbo, depuis sa sortie de prison n'a jamais rencontré ou échangé, ni avec M. Henri Konan Bédié, ni avec M. Affi N'Guessan », a, par ailleurs, précisé Me Dadjé.

Un média en ligne a rapporté dimanche que l'ancien président ivoirien aurait demandé officiellement le divorce à son épouse Simone Gbagbo. Cette annonce  a fait le tour de la toile, alimentant le débat sur les réseaux sociaux.

Le 1er février dernier, la Chambre d'appel de la Cour pénale internationale ( CPI) a ordonné à l'unanimité, la libération sous conditions de l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo et de son ancien ministre de la jeunesse Charles Blé Goudé.

 M. Gbagbo qui était détenu à la Haye depuis 2011 et son coaccusé étaient poursuivis pour quatre chefs de crimes contre l'humanité commis pendant les violences postélectorales ivoiriennes de 2010-2011 qui ont fait officiellement 3000 morts.

Après sa libération sous conditions le 1er février, M. Gbagbo a quitté les Pays-Bas le 05 février dernier pour la Belgique où il séjourne depuis lors.

LB/ls/APA