« J'ai décidé de convoquer, conformément à l'article 35 des statuts du PDCI-RDA, un congrès extraordinaire de stabilité et de clarification au sein du PDCI-RDA», annonce M. Bédié ajoutant qu'à cet effet, « je réunirai un bureau politique en urgence pour en fixer les dates et modalités d'organisation ».

Poursuivant, le patron du PDCI-RDA  explique que  ce conclave devra « assurer au parti une marche harmonieuse vers l'objectif principal de 2020».

Auparavant, M. Bédié explique que la tenue de ce congrès extraordinaire est motivée  par la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays et « des tentatives de déstabilisation et de liquidation du PDCI-RDA confirmées par les procès en suspension et en annulation des réunions du bureau politique des 17 juin et 24 septembre dernier ».

Le 24 septembre dernier, le PDCI-RDA a tenu la huitième réunion de son bureau politique à Daoukro. Au terme de ces  assises présidées par M. Bédié, l'ancien parti unique ivoirien s'est retiré officiellement du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et pour la paix (RHDP, coalition au pouvoir) maintenant cependant sa participation aux élections locales du 13 octobre prochain. 

Le bureau politique du PDCI-RDA  avait également reconduit au terme de cette réunion,  les décisions de son précédent bureau politique du 17 juin dernier pourtant suspendues par la justice ivoirienne à la mi-septembre.

Cette «réunion d'urgence» convoquée par le patron du PDCI-RDA dans son  fief de Daoukro intervient dans un contexte de rupture profonde avec la coalition au pouvoir. Une crise de confiance entre ex-alliés est née de la mésentente autour de l'alternance au pouvoir en 2020.

LB/ls/APA