« Avec les accords que la Côte d’Ivoire vient d’avoir avec les industriels, ça sera 200 Fcfa d’ajout au profit du producteur, notamment sur le prix garanti qui devrait être porté autour de 1 000 Fcfa que nous allons avoir l’année prochaine, pour la campagne 2020-2021 », a expliqué cette même source.

Après l’accord sur le Différentiel de revenu décent fixé à 400 dollars (236.471 Fcfa) la tonne de cacao, la Côte d'Ivoire et le Ghana ont « réussi à conclure leurs premières ventes de la récolte 2020/2021 dans le courant de la semaine dernière », a confié une autre source proche du dossier.  

« Le 1er octobre prochain, nous augmenterons le prix du cacao, je veux qu'on revienne à 1.000 Fcfa et nous allons augmenter régulièrement le prix aux producteurs », avait dit M. Alassane Ouattara, dans une interview diffusée à la télévision d’Etat à la veille de la commémoration de l’an 59 de la Côte d'Ivoire.

Les deux pays avaient tenu les 11 et 12 juin 2019 à Accra une réunion, au cours de laquelle ils ont proposé un prix plancher de 2.600 dollars US (1,5 million de Fcfa) la tonne en dessous duquel ils ne vendraient pas le cacao de leurs producteurs. 

La Côte d'Ivoire et le Ghana, qui cumulent près de 65% de la production mondiale de cacao, veulent influencer les cours mondiaux au profit des paysans. Ils ont décidé de la « levée de la suspension des ventes de la récolte 2020-2021 à compter du 16 juillet 2019 ».      

Suite à une réunion à Abidjan, le Conseil café-cacao et le Ghana cocoa board ont mis en œuvre un concept de prix plancher par l’institution d’un Différentiel de revenu décent (DRD) de 400 dollars US par tonne pour tout contrat de vente de cacao obtenu auprès des deux pays pour la campagne 2020-2021. 

Le Différentiel de revenu décent de 400 dollars la tonne est « pour la Côte d'Ivoire et le Ghana seulement et c’est sur cette base, cette première étape de l’accord, que les ventes ont commencé à se faire », a expliqué à APA un acteur de la filière.

« La discussion pour aller aux 2.600 dollars est dans une dynamique qui continue (…) » mais les négociants et les industriels ont dit « allons déjà pour les 400 dollars par tonne pour la Côte d'Ivoire et le Ghana », a-t-il poursuivi.

Reçu en audience par le président ivoirien Alassane Ouattara à Abidjan, le directeur exécutif de l’Organisation internationale du cacao (ICCO), Michel Arrion, a indiqué récemment à Abidjan qu’un accord a été trouvé pour « augmenter » les prix du cacao au niveau des pays producteurs. 

La Côte d'Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec près de 2 millions de tonnes, a fixé à 750 Fcfa le Kg du cacao pour la campagne qui s’achève. La prochaine campagne de commercialisation du cacao s’ouvre le 1er octobre 2019.

AP/ls/APA