Ces concours ont été officiellement lancés au Lycée technique d'Abidjan, dans l'Est de la capitale économique ivoirienne avec l’observation  des mesures barrières contre la Covid-19.

« Cette année, c'est 10 000 enfants  qui vont rentrer dans la formation professionnelle  et sortir comme des agents qualifiés pour le bien des entreprises ivoiriennes. Les sociétés et les entreprises ivoiriennes ont besoin de personnels qualifiés», a estimé Djedj Mel, le directeur de cabinet du secrétaire d'État ivoirien chargé de l'enseignement technique et de la formation professionnelle.

Selon lui, il est erroné de penser que l'enseignement technique et la formation professionnelle sont destinés aux élèves ayant échoué dans l'enseignement général.

« C'est une erreur de penser que la formation professionnelle est la dernière roue (..). C'est dans la formation professionnelle qu'on doit former les gens. C'est là qu'on doit éduquer les meilleurs agents pour l'industrie et l'économie du pays», a soutenu M. Djedj Mel.

 Pour sa part, Bertin Yao Kouassi, le directeur des examens et concours de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, a rappelé que c'est en juin dernier que le gouvernement ivoirien a décidé du recrutement  de « 10.000 jeunes ivoiriens » dans les centres, écoles et lycées publics de la formation professionnelle. Les résultats de ces concours sont prévus le 14 octobre prochain.

LB/ls/APA