‘’86% des entreprises agréées en 2013 au Code des investissements sont en poursuite d’activité’’, souligne ce ‘’récent rapport de suivi-évaluation des investissements privés réalisé par le CEPICI (Centre de promotion des investissements en Côte d'Ivoire)’’, le Guichet unique de l’investissement.

Le Code des investissements est un dispositif d’incitations à l’investissement qui offre des garanties et des avantages fiscaux et douaniers aux entreprises durant les phases d’investissement et/ou d’exploitation.

Le CEPICI qui juge ‘’faible (le) taux de 2,6% de mortalité des entreprises agréées en 2013, (notamment) observé entre 2013 et 2015’’, envisage de ‘’renforcer sa collaboration avec ses partenaires afin de garantir un taux 0% de mortalité’’.

La collecte des données réalisée en 2017 est issue des états financiers qui couvrent la période 2013 – 2015, mentionne le CEPICI. Il ressort un ‘’volume global de 864 milliards de F Cfa d’investissements effectivement réalisés par les entreprises agréées, soit un taux de 189% par rapport au volume d’investissement prévisionnel’’. 

Ces investissements ont généré sur cette période ‘’6.915 nouveaux emplois dont 95% en faveur des nationaux’’. Selon le CEPICI, ces chiffres montrent  ‘’la performance des entreprises agréées au vu des avantages du code des investissements et la compétitivité de l’économie ivoirienne’’. 

Pour le Guichet unique de l’investissement ‘’cette performance des entreprises agréées tire également son potentiel grâce à la poursuite des réformes d’amélioration de l’environnement des affaires en Côte d’Ivoire’’.

Le suivi-évaluation des investissements privés agréés est un dispositif dans la mise en œuvre de la politique d’investissement. Il permet de mieux cerner les besoins et attentes du secteur privé en vue d’une meilleure prise  en compte dans l’élaboration des politiques sectorielles.

Il a permis d’analyser la traçabilité et de mesurer l’impact socio-économique puis la viabilité des entreprises agréées par le CEPICI et qui sont en phase d’exploitation, tout en évaluant la capacité de ces entreprises à résister face aux contingences de l’environnement des affaires.

Le rapport met en évidence la performance des entreprises agréées en 2013. Il est une étape d’un processus continu qui fait désormais la place à la collecte des données qui débute en mars 2018 auprès des entreprises agréées en 2014 et en 2015.

AP/ls/APA