«  (...) Je vous rappelle qu'il ( M. Gbagbo) est encore sous procédure d'appel au niveau de la Cour pénale internationale ( CPI) et pour ce qui est de la Côte d'Ivoire, il y a une procédure judiciaire qui est aussi engagée à ce niveau. Donc son retour dépend de la justice, ça ne dépend pas du président Ouattara », a indiqué M. Touré à l'issue d'un Conseil des ministres présidé par M. Ouattara au palais présidentiel d'Abidjan.  

« La procédure de délivrance du passeport est bien connue de tout le monde et c'est ce parcours qui était en opérationnalisation. Ce parcours est arrivé à échéance... Le président de la République lui a donné droit au passeport diplomatique parce que c'est un passeport de courtoisie qui relève de la seule discrétion du président de la République », a par ailleurs expliqué M. Touré qui est également le ministre de la Communication et des médias. 

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo qui est en liberté conditionnelle en Belgique a reçu le 04 décembre dernier à Bruxelles, un passeport ordinaire et un passeport diplomatique. 

La remise de ces documents de voyage devrait permettre à M. Gbagbo de regagner la Côte d'Ivoire après plusieurs années de détention à la CPI où il a été acquitté des charges de crimes contre l'humanité commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011. 

Début novembre, rappelle-t-on, M. Gbagbo a échangé au téléphone avec le premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko et a invité ce dernier à «apaiser» la situation sociopolitique en Côte d'Ivoire « en favorisant le dialogue plutôt que la répression».

LB/ls/APA