M. Touré a fait cette déclaration à la tribune du presse club de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (UNJCI), un cadre d'échanges entre les personnalités publiques du pays et les journalistes.

Il y a quelques mois, la polémique avait enflé en Côte d'Ivoire au sujet du taux de chômage de 2% annoncé à l'époque par l'ancien ministre de la promotion de la jeunesse et de l'emploi des jeunes, Sidi Tiémoko Touré.

« Nous partageons ce qu'a dit le ministre Sidi. Il n'y a rien d'incohérent dans ce qu'il a dit. C'est le Bureau international du travail (BIT) qui donne la définition du chômage. Et ces études sont faites sur la base de la définition stricte du chômage donnée par le BIT», a soutenu M. Touré qui est également le porte-parole adjoint du gouvernement ivoirien.

Selon lui, « ceux qui contestent la véracité de nos chiffres sont incapables de donner d'autres chiffres avec des sources ».

Poursuivant, il s'est offusqué de ce que ceux qui mettent en doute le taux de chômage de 2% en Côte d'Ivoire ne contestent pourtant pas celui  de 3% au Liberia et de 5% au Mali.

 Poursuivant sa démonstration, M. Touré a fait savoir qu'en Côte d'Ivoire, 97% des emplois sont du secteur informel. « Le gouvernement  travaille à ce que les jeunes aient des emplois stables et durables », a-t-il promis.

Selon la charte africaine de la jeunesse, est jeune, toute personne qui est âgée de 16 à 35 ans. En Côte d'Ivoire, 77% de la population est jeune.

LB/ls/APA