« En accord avec les victimes et à leur demande, le CVCI annonce ce jour des actions en justice et manifestations publiques d'envergure. Si dans un délai raisonnable, des solutions et des règlements favorables au respect des droits des victimes ne sont pas acquises, les victimes et la CVCI se réserve le droit d'organiser des manifestations publiques», a déclaré Issiaka Diaby, le président du CVCI dans une conférence de presse.

Poursuivant,  M. Diaby a dit le refus et l'inquiétude de son association de voir MM. Laurent Gbagbo et Blé Goudé retourner en Côte d'Ivoire après la décision d'allègement de leur mise en liberté.

« Vu la dissidence de la Côte d'Ivoire ( se fondant sur le refus d'exécuter le mandat d'arrêt contre Mme Gbagbo) contre les actions de la Cour pénale internationale ( CPI), l'éventuelle désignation de ce pays pour accueillir Laurent Gbagbo et Blé Goudé en exécution de la décision du 28 mai 2020 de la Chambre d'appel de la CPI constitue aujourd'hui des inquiétudes au sein des communautés des victimes en Côte d'Ivoire », a soutenu M. Diaby.

 De son avis, si M. Gbagbo et son ex-co-détenu foulent le sol ivoirien à la faveur de cette décision de la CPI pendant que la procédure judiciaire à leur encontre est encore pendante, « ils ne seront plus remis à la CPI par la Côte d'Ivoire dans la perspective de la suite du procès ».

 Réagissant par ailleurs, relativement aux différentes sollicitations adressées au président ivoirien Alassane Ouattara pour faciliter ce retour de M. Gbagbo en Côte d'Ivoire, M. Diaby a demandé à celui-ci « de s'abstenir de tout acte d'immixtion surtout en choisissant un camp contre l'autre ».

« On a trop parlé. L'heure des actions a sonné. Nous allons rentrer en action», a conclu le président du CVCI.

Le 28 mai dernier, la CPI a allégé les conditions de mise en liberté de MM. Laurent Gbagbo et Blé Gbagbo. Depuis lors, les partisans de l'ex-président ivoirien évoquent de plus en plus son éventuel retour en Côte d'Ivoire.

LB/ls/APA