S’adressant à ces collaborateurs, lors d’une cérémonie de présentation de vœux de nouvel ann selon une note du service de communication de la CEI, Youssouf Bakayoko , leur a indiqué que «  l’année 2018 se présente à nous comme une année électorale particulièrement dense, avec des défis majeurs à relever ».

« Nous avons engagé, à cet égard, avec le Gouvernement, depuis plusieurs semaines, des pourparlers pour arrêter le chronogramme officiel de ses différentes opérations électorales, y compris celle de la révision et mise à jour de la liste électorale, en même temps que les budgets correspondants », a souligné M. Bakayoko.

Pour mieux organiser  les élections des Conseillers régionaux, des Conseillers municipaux et celles inédites des Sénateurs  au cours de cette année, « l’année 2017 a été mise à profit pour organiser des ateliers et des séminaires de réflexion et de renforcement des capacités des ressources humaines de la commission électorale »

«La CEI a entre autres procédé à une relecture du cadre légal des élections à la lumière des innovations induites par la Constitution de la 3ème République »,  ajoute le texte.

« Nous aurons à jouer, une fois de plus, notre partition, emprunte de solidarité, d’engagement et d’efficacité pour assurer une maîtrise parfaite du processus électoral et consolider notre crédibilité », a conclu Youssouf Bakayoko.

SY/ls/APA