« Si vous regardez le taux d'évolution des marchés de gré à gré, on est passé de plus de 25% de parts des marchés qui étaient faits de gré à gré en 2015 à 10% en 2018. A la vérité, en mars 2019, nous sommes encore en dessous de ce chiffre de 10% », a fait savoir M. Sanogo qui était l'invité de la quatrième édition des « Rendez-vous du gouvernement », une tribune d'échanges offerte à un membre du gouvernement pour expliquer à la presse les politiques publiques.

« C'est pour dire, qu'en Côte d'Ivoire, les procédures concurrentielles se sont extrêmement renforcées et nous voulons aller encore plus loin avec la dématérialisation des opérations de passation des marchés publics », a-t-il ajouté.

Poursuivant, le secrétaire d'État a indiqué que le gouvernement ivoirien, « se préoccupant de l'accession des PME aux marchés publics, a pris certaines dispositions en réservant un quota de 20% du montant des marchés pour les PME». 

Abordant dans la foulée, les perspectives du pays au niveau budgétaire, M. Sanogo a rappelé qu'à partir du 1er janvier 2020, la Côte d'Ivoire basculera en mode budget-programme.

« On passera du budget des moyens au budget des programmes. Le budget-programme veut dire qu'on a un programme et une ressource est allouée à ce programme sur plusieurs années », a-t-il expliqué insistant que le budget-programme permettra entre autres, de sécuriser les investissements et renforcer la discipline budgétaire.

« Nous avons un pays qui est bien engagé. Un pays où la modernisation des opérations de l'État s'approfondie. Nous irons beaucoup plus loin en matière de digitalisation des opérations au niveau des régies financières. Nous allons travailler davantage au renforcement de l'efficacité de la dépense publique. Nous allons nous battre pour que nous ayons des entreprises publiques qui soient capables d'aller gagner des marchés à l'extérieur», a promis le secrétaire d'État.

LB/ls/APA