« Nous avons amorcé avec les chefs d'État de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la France, une évolution importante de notre système monétaire avec la réforme du FCFA dans le cadre de la future intégration monétaire des pays de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest ( CEDEAO)», a indiqué M. Ouattara qui est également le président en exercice de la Conférence des chefs d'État et de gouvernement de l'UEMOA.

Cette réforme, a-t-il ajouté, se fera avec « méthode et prudence afin de préserver le pouvoir d'achat de nos populations, d'attirer les investisseurs, de créer des emplois et de maintenir le développement économique des pays de notre Union».

Le 21 décembre dernier à Abidjan, le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé le changement de nom du FCFA par l’Eco avec la parité fixe maintenue avec l'Euro lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue français Emmanuel Macron qui était en visite officielle en Côte d'Ivoire.

Selon M. Ouattara qui a dit faire cette annonce en accord avec les autres chefs d'État de l'UEMOA, cette réforme du franc FCFA se fera avec les changements majeurs suivants: le changement de nom de la monnaie du franc FCFA à l'Eco, le maintien de la parité fixe de la monnaie avec l'Euro, la centralisation de 50% des réserves de change au trésor français et la fermeture du compte d'opération et le retrait des représentants français de tout organe de gestion et de décision de l'UEMOA.

LB/ls/APA