Selon le secrétaire d'État auprès du premier ministre chargé de la promotion de l'investissement privé, Emmanuel Esmel  Essis,  ce certificat d'identifiant unique constitue « un pas de géant» dans l'amélioration du climat des affaires en Côte d'Ivoire.

« Elle marque l'effectivité de l'immatriculation des entreprises créées en ligne, avec génération de l'identifiant unique de création d'entreprise. Le numéro d'identifiant unique (IDU) attribué à l'entreprise créée en ligne, est comparable au numéro d'acte de naissance d'un individu ou au numéro de châssis d'un véhicule. L'IDU est unique et personnel », a expliqué M. Essis qui a présidé cette rencontre insistant que ce document sera désormais le seul réclamé aux entreprises dans leurs interactions avec l'État.

 L'IDU, a précisé le secrétaire d'État, par ailleurs, directeur général du Centre de promouvoir des investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI), remplace tous les autres numéros générés pour la création d'une entreprise.

 « Une fois généré, ce numéro est automatiquement partagé avec la direction générale des impôts, la Caisse nationale de prévoyance sociale, les services des greffes des juridictions ainsi qu'avec toutes les structures qui, en Côte d'Ivoire, interviennent dans la vie d'une entreprise», a-t-il fait savoir avant de souligner qu'au 1er mars 2019, ce sont au total 6407 IDU qui ont été émis.

Poursuivant, le secrétaire d'État a indiqué que pour les entreprises anciennement immatriculées et en activité avant la date du 04 octobre 2018, une opération de régularisation devra leur permettre de recevoir à leur tour, un numéro d'identifiant unique.

Ainsi, les entreprises anciennement immatriculées seront invitées dans un délai de un an, à se faire établir un IDU. « Des dispositions seront prises pour accompagner toutes les entreprises anciennement immatriculées dans la mise en œuvre de ces changements nécessaires pour l'économie nationale», a assuré M. Essis pour qui la Côte d'Ivoire « est résolument en marche vers l'émergence ».

Avant lui, Ramatou Fall, la directrice de l'environnement des affaires au CEPICI, a expliqué à la fois le bien-fondé de ce document pour l'État et pour les opérateurs économiques. « Il s'agit de faciliter le service public et administratif pour le rendre plus efficient», a dit Mme Fall.

« C'est un document qui va simplifier la vie des investisseurs en Côte d'Ivoire », a estimé de son côté, Ousmane Diomandé au nom des chefs d'entreprises présents à cette rencontre. Mis en service le 04 octobre 2018, le certificat d'identifiant unique (IDU), est un document qui comporte un numéro à 14 chiffres.

LB/ls/APA