Selon  une note d'information du patronat ivoirien transmise mercredi à APA, cette session d'informations a permis la semaine dernière d'expliquer au secteur privé ivoirien, la nécessité d'adopter et d'appliquer cette norme. 

« C'est une norme de gestion qui donne des outils aux entreprises pour asseoir un dispositif de management anti-corruption. L'entreprise elle-même, peut entreprendre des actions de corruption active. Mais, il y a aussi ce qu'on appelle la corruption passive dont elle peut être victime avec son personnel », a expliqué dans une présentation, Constant Boka, le directeur général de Codinorm, l'association ivoirienne de normalisation en charge des questions de normalisation et de certification en Côte d'Ivoire.

 « Lorsque que la corruption est endémique, l'absence d'outils de ce type fait qu'on peut dépenser énormément de frais et ne pas avoir les résultats escomptés. On peut de surcroît avoir un personnel incompétent pour faire son travail »,  a poursuivi M. Boka, relevant que l'impact de cet outil est énorme sur le développement du pays et la qualité des produits et services fournis par les entreprises. 

Selon lui, la lutte contre la corruption au sein des entreprises est un maillon essentiel pour endiguer ce fléau à l'échelle nationale. 

Dans la même veine, Dr Bakari Traoré, le président de la Commission gouvernance et RSE de la CGECI a fait remarquer les effets dévastateurs de la corruption sur l'économie nationale et la compétitivité des entreprises, encourageant celles-ci à adopter la norme ISO 37001.

 Par ailleurs, il a fait savoir qu'aujourd'hui,  les entreprises ne  sont pas seulement évaluées sur la base d'éléments financiers, mais aussi sur des données non financières telles que  la prévention de la corruption et le harcèlement sexuel. 

« Il s'agit de faire en sorte qu'un agent public ou un salarié du privé puisse faire correctement son travail. Mais la norme va au-delà pour proscrire des comportements comme l'abus du pouvoir», a fait savoir Dr Traoré. 

Selon l'organisation internationale de normalisation,  la norme ISO 37001 définit une série de mesures pour aider les organismes à prévenir, détecter et traiter les problèmes de corruption.

 Ces mesures incluent l'adoption d'une politique de lutte contre la corruption, la désignation d'une personne chargée de superviser la conformité des mesures anti-corruption, la formation, l'évaluation des risques de corruption et l'exercice d'un devoir de vigilance quant aux projets et aux parties associées aux activités, la mise en place de contrôles financiers et commerciaux et l'instauration de procédures de signalement et d'enquêtes.

LB/ls/APA