Au cours de cette cérémonie solennelle présidée par la ministre Kandia Camara, qui avait à ses côtés des Conseillers municipaux et des adjoints au maire d'Abobo, les chefs de communautés et guides religieux, la communauté éducative, les associations de femmes et de jeunes, les sportifs,... se sont successivement inclinés devant le portrait de l'illustre disparu témoignant de sa grande générosité et de sa dextérité dans la gestion de cette commune.

 «  Tous les domaines de la vie des populations d'Abobo ont changé en trois ans avec Hamed Bakayoko », a estimé Amao Paul, le porte-parole des chefs de communautés d'Abobo.

Pour sa part, l'imam Souleymane Diarrassouba, le porte-voix de la communauté musulmane d'Abobo a affirmé que  «nous prions pour que les chantiers qu'il (Hamed Bakayoko) avait commencé à Abobo soient une réussite». 

« Il (Hamed Bakayoko) était l'ami et le frère de l'église d'Abobo. L'avènement de Hamed Bakayoko à Abobo à redonner vie et espoir à l'église d'Abobo. Grâce à lui, l'église d'Abobo a eu du crédit à l'extérieur  », a témoigné de son côté, Bishop Lougah.

Quant à M'Bolo Koka, le chef central des communautés, il a soutenu qu'Hamed Bakayoko « est venu sortir Abobo de sa léthargie habituelle ».Selon lui, le défunt maire d'Abobo  est un  « homme de partage  qui n'a jamais voulu être heureux seul  ».

Le premier ministre ivoirien, par ailleurs, maire de la commune d'Abobo, Hamed Bakayoko est décédé mercredi dernier en Allemagne des suites d'un cancer fulgurant à l'âge de 56 ans.

Ce décès d'Hamed Bakayoko intervient huit mois seulement après celui de son prédécesseur à la primature, Amadou Gon Coulibaly.

LB/ls/APA