«Plus de 8000 réfugiés ivoiriens ont désormais fui vers des pays voisins dans un contexte de tensions politiques en Côte d’Ivoire. Ils étaient un peu plus de 3200 il y a une semaine», rapporte le HCR. 

Selon la note, au 9 novembre 2020,  plus de 7500 Ivoiriens avaient fui vers le Libéria. Plus de 60% des arrivants sont des enfants, dont certains sont non accompagnés ou séparés de leurs parents. 

Des personnes âgées et des femmes enceintes, indique, par ailleurs, l'institution,  ont également fui, la plupart transportant de rares effets personnels et peu ou pas de nourriture ni d’argent. 

Parallèlement, ajoute la note, plus de 500 Ivoiriens sont également arrivés au Ghana, en Guinée et au Togo, où ils reçoivent une assistance immédiate. 

« Le HCR est reconnaissant envers les gouvernements du Burkina Faso, du Ghana, de la Guinée, du Libéria et du Togo pour l’accès dont bénéficient les réfugiés ivoiriens à leurs territoires respectifs, et ce malgré les restrictions aux frontières dues à la pandémie de Covid-19», a conclu l'institution Onusienne. 

Des violences politiques liées à l'élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre dernier, ont  fait plusieurs morts en Côte d'Ivoire et de nombreux dégâts matériels. En 2011, la crise post-électorale qui a causé la mort de 3000 personnes officiellement, avait forcé 300 000 autres ivoiriens à fuir leur pays et a généré plus d'un million de déplacés internes.

LB/ls/APA