Ces sources révèlent que  « de nouvelles armes de dotation de la police nationale ont été retrouvées sur ces militaires qui n'en ont pas le droit ».

Les indélicats soldats « ont été écroués au violon de la police criminelle", ajoute-t-on, en attendant de  « mettre le grappin sur le cerveau » du groupe en cavale, qui se « livre à la vente illégale de nos armes », soulignent les mêmes sources.

HS/ls/APA