Les candidats refugiés qui passent le baccalauréat au Tchad sont, pour l’essentiel, des soudanais installés depuis 2003 à l’Est du pays.

Selon le bureau  du Haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés (UNHCR), à N’Djaména, deux centres d’examen sont ouverts dans la sous-préfecture d’Hadjer Hadid et qui accueillent 682 réfugiés soudanais de la ville d’Adré, chef-lieu du département qui couvre Hadjer Hadid.

Tous les candidats réfugiés devraient se rendre à Abéché, chef-lieu de la région du Ouaddaï, capitale de l’Est du Tchad. Mais, l’office national des examens et concours du supérieur a signé une convention de partenariat avec le HCR pour que les enfants des réfugiés et leurs hôtes tchadiens composent sur place, dans leurs camps ou dans la localité à côté du camp.

Au sud du Tchad, au total 47 réfugiés centrafricains dont 4 filles composent aussi le bac.

Le Représentant par intérim du HCR au Tchad, Edward O’Dwyer, tout en se félicitant de cette initiative conjointe qui témoigne selon lui de l’hospitalité et de la solidarité du peuple et du gouvernement du Tchad à l’endroit des réfugiés, déclare que, le temps est venu d’aider le Tchad à favoriser l’inclusion socio-économique des réfugiés au sein de la société tchadienne tout en poursuivant les efforts pour leur protection et la recherche de solutions durables comme le rapatriement volontaire dans leurs pays d’origine quand les conditions le permettront.

Selon les données du bureau HCR de N’Djaména, les élèves soudanais participent pour la troisième fois consécutive au baccalauréat depuis l’intégration du curriculum tchadien par les écoles des camps des réfugiés de l’est du pays à la rentrée scolaire 2014-2015.

De 2015 à 2016, les taux de réussite, sur le plan national, sont, respectivement, de 19,05% et 30,64% chez les réfugiés.

Selon le rapport à mi-parcours de l’année scolaire 2016/2017, au total 86.961 enfants réfugiés étaient inscrits dans les établissements.

AHD/of/APA