Sénégal-Institutions

Ouverture de la première session du Haut conseil des collectivités territoriales du Sénégal

APA-Dakar (Sénégal)

La première session du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) du Sénégal s'est ouverte lundi à Dakar pour notamment mettre à niveau ses membres et contribuer à l'amélioration de l'Acte 3 de la décentralisation.

« Cette session sera ponctuée par un atelier de mise à niveau de l'ensemble des Hauts conseillers. Elle aboutira à l'élaboration de manière concertée et consensuelle de la durée du mandat des Hauts conseillers. Une Contribution à l'amélioration de l'Acte 3 de la décentralisation sera également dégagée », a déclaré le président du HCCT, Ousmane Tanor Dieng, à l'ouverture de la session.

Dans son discours, avec à ses côtés Mansour Sy,  ministre du Travail et des Relations avec les institutions, M. Dieng a rappelé que le HCCT représente 502 communes, 45 départements et cinq villes.

Le 31 octobre 2016, le Président de la République a procédé à l’installation du Haut Conseil des Collectivités Territoriales institué pour accompagner le processus de développement des territoires.

Assemblée consultative, cette nouvelle institution qui  « complète notre architecture institutionnelle, intervient  opportunément dans la formation d’avis qui reflètent les préoccupations des populations ».

Le HCCT compte 150 conseillers qui portent le titre de « Hauts conseillers » et ses membres sont désignés pour un mandat de cinq ans.

Les instances et structures du HCCT sont : l’Assemblée plénière, le Bureau, la Conférence des présidents, les commissions et les services administratifs.

Selon son président, cette première session peut être considérée comme le démarrage effectif des activités du HCCT et sera une occasion d'appropriation des tâches.

« Le HCCT est un nouveau projet de société fondé sur l'équité et la justice sociale, une innovation majeure à mener par des hommes et femmes de qualité pour accélérer la cadence de la mise en œuvre des politiques territoriales. Le HCCT, maillon qui manquait à la chaîne de la Décentralisation, formulera des réponses opportunes aux interpellations des territoires. Il mettra en avant une approche inclusive et multisectorielle. Mais il faut un minimum de convergence pour mener à bien notre travail. Il faut de la rigueur, de la compétence, de la ponctualité...C'est ainsi que nous accompagnerons le Gouvernement», a poursuivi Ousmane Tanor Dieng.

TE/od/APA

Réagir à cet article