Sénégal-Foncier-Plaidoyer

Plaidoyer pour la sécurisation des droits fonciers communautaires

APA-Dakar (Sénégal)-

Des membres de gouvernements, de la société civile et des universitaires ont plaidé, jeudi à Dakar, pour la sécurisation des droits fonciers communautaires pour assurer la paix et la sécurité dans le monde.



"Les projets de développement qui ignorent les droits fonciers communautaires sont porteurs de risques  considérables du point de vue économique et en termes d'atteinte à la réputation. Ce non respect des droits fonciers communautaires génèrent des conflits avec les populations locales", a dit le ministre de l'Enseignement supérieur du Sénégal, Mary Teuw Niane


Il ouvrait une journée de réflexion et de présentation du rapport sur «l’état des droits et des ressources 2016-2017 : Passer des risques et des conflits à la paix et à la prospérité en Afrique» de l’Initiative des droits et des ressources (RRI), en collaboration avec la commission nationale de la réforme foncière (CNRF) du Sénégal, et de l’Initiative prospective agricole et rurale (IPAR) et du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux (Cncr).


La rencontre réunit des représentants de gouvernements, d’organisations de la société civile, et du secteur privé issus de pays africains, ayant procédé à des réformes foncières (Sénégal, Libéria, Mali, Kenya, Burkina Faso, la République Démocratique du Congo, le Ghana, le Nigeria, l’Ouganda, et le Cameroun). Ils vont partager les leçons tirées de leurs expériences et discuteront des opportunités et des défis que représentent les processus de réforme foncière en Afrique et au Sénégal en particulier.


"Le respect des droits fonciers communautaires sont essentiels pour assurer la paix et la sécurité, le développement économique, la sûreté des investissements, et l'atténuation et l'adaptation aux changements climatiques. C'est pourquoi, il est important de respecter ces droits des communautés locales", a dit Andry White, président de l'Irr.


Pour Alioune Guèye, président de la Fédération des périmètres auto-gérés du Sénégal, le respect des droits fonciers communautaires est une question de souveraineté nationale et que les gouvernements doivent être vigilants sur la cession de terres car, il n'y a assez de surfaces disponibles.


"Nous société civile, on a besoin de l'aide des gouvernements pour faire respecter les droits de nos populations qui, aujourd'hui, font face à une terrible spéculation foncière", a ajouté  Maminah Carr, présidente de la plateforme des femmes sur les ressources naturelles du Libéria.






TE/APA

Réagir à cet article