à l'instant

    • Présidence CEMAC : Paul Biya succède à Idriss Déby

      APA-N’Djaména (Tchad) De notre correspondant: Adam Hassane Deyé — Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), ont désigné, dimanche, à N’Djaména lors du sommet de l’...

    • CAN-2019/U23 : Le Maroc éliminé par la RDCongo

      APA-Rabat (Maroc) — L'équipe marocaine de football des moins de 23 ans (U23) a été éliminée par son homologue de la République Démocratique du Congo, malgré sa victoire en match retour du 2è tour des...

    • CAN 2019 : Le Bénin arrache sa qualification, le Togo éliminé

      APA- Cotonou (Bénin) De notre Correspondant : Ulvaeus Balogoun — Les Écureuils du Bénin se sont imposés (2-1) ce dimanche soir au Stade de l’Amitié Mathieu Kérékou de Cotonou et s’offrent le droit de participer à la prochaine Coupe d’Afrique des...

    Cameroun-Santé-Recherche

    Cameroun : mise au point d’un nouveau traitement de l’onchocercose

    APA – Douala (Cameroun) -

    Le Centre de recherche sur les filarioses et autres maladies tropicales (CRFILMT) basé au Cameroun, et bénéficiant du financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, a mis au point une nouvelle stratégie de lutte et de traitement de l’onchocercose, a-t-on appris mercredi auprès des chercheurs dudit centre.

    Cette stratégie est basée sur un diagnostic rapide de moins de trois minutes de la charge des parasites dénommés « Loa Loa » dans l’organisme, suivi d’un traitement à base de Mectizan.

    «L’équipe prélève une goutte de sang dans un capillaire qui est introduit dans le Loascope et, en moins de trois minutes, la charge de microfilaires Loa Loa hébergée par l’individu est affichée sur l’écran du téléphone », a expliqué le Professeur Joseph Kamgno, directeur du CRFILMT.

    Selon ce chef de l’équipe des chercheurs, « lorsque cette charge parasitaire est inférieure à 20 000 microfilaires par millilitre de sang, le patient peut recevoir le Mectizan sans risque d’effet indésirable grave».

    La stratégie proprement dite se fonde sur la méthode « Test and treat » avec un rôle important des technologies de l’information et de la communication.

    Selon les chercheurs, les patients présentant des charges parasitaires supérieures à 20 000 microfilaires par millilitre de sang sont astreints à une cure de cinq semaines à base de cyclines qui sont des formes d’antibiotiques qui inhibent la multiplication des bactéries sans les tuer.



    MBOG/cat/APA

    Réagir à cet article