à l'instant

    Ethiopie-OCI-Sécheresse

    Corne de l’Afrique : L’OCI se joint à l’effort international de lutte contre les impacts de la sécheresse

    APA-Addis-Abeba (Ethiopie) -

    L'Organisation de la Conférence islamique (OCI) se dite prête à se joindre à l’effort international pour réduire l’impact du phénomène de la sécheresse dans toute la Corne de l'Afrique et qui menace la subsistance de plus de 17 millions de personnes, selon l'agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

    Lors d’une rencontre, lundi à Addis-Abeba, avec le président éthiopien,

     Mulatu Teshome, le vice-ministre turc des Affaires étrangères et Secrétaire général de l'OCI, Ahmet Yildiz a assuré que les Etats membres de l'OCI « aideront à atténuer les souffrances des personnes affectées par la sécheresse », rapporte mardi la presse éthiopienne.

    La situation est particulièrement préoccupante en Somalie, déclarée en alerte de «pré-famine», mais aussi dans le Nord-Est et sur le littoral du Kenya, dans le sud-est de l'Éthiopie et dans la région d'Afar (nord-est), qui peine déjà à se relever de deux années de sécheresse dues à El Niño.

    Près de 12 millions de personnes ont déjà besoin d'une aide alimentaire en Somalie, en Éthiopie et au Kenya, estime la FAO.

    Le Secrétaire général de l’OCI, en visite en Ethiopie à la tête d’une importante délégation, a également souligné que l’instance islamique travaillera la main dans la main avec l'Éthiopie pour parvenir atténuer les répercussions négatives de la sécheresse et soutenir les populations en situation de détresse.

    La délégation de l’OCI se rendra par la suite au Kenya et en Somalie.

    Il convient de signaler que des épisodes répétés de sécheresse dans toute la région de la Corne de l’Afrique avaient déjà provoqué une série de mauvaises récoltes, des épidémies et une diminution des cheptels, en partie à cause de la détérioration des pâturages.

    De plus, le nombre de réfugiés et de demandeurs d'asile est passé de 500.000 en 2015 à 3 millions en 2016 du fait de l'insécurité dans la région.

    HA/APA

    Réagir à cet article