Cameroun-Coronavirus-Transports

Covid-19: 64% du personnel de Camair-Co en congé technique

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola

La Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co) s’apprête à mettre en congé technique 371 personnels sur un total de 577, représentant 64% des employés, selon une correspondance adressée par son directeur général au ministre des Transports (Mintransports).

Dans cette missive que APA a pu consulter, Louis Georges Njipendi Kuotu justifie la mesure, appelée à entrer en vigueur dès la deuxième semaine de mai prochain pour une durée de 6 mois, par les «conséquences de la pandémie du Covid-19 sur les opérations» de la compagnie aérienne nationale.
 
Au Mintransports Ernest Ngalle Bibehe, le manager sollicite la mise à disposition d’une enveloppe de près de 1,5 milliard FCfa, dont 938 millions Fcfa devant servir au paiement des salaires des 206 personnels qui resteront en activité.
 
En fin mars dernier, rappelle-t-on, M. Njipendi Kuotu avait déjà suggéré au gouvernement «la suspension provisoire de l’exploitation» de la Camair-Co du fait de la réduction drastique du flux de passagers, due à la pandémie du Covid-19, suggérant par ailleurs la mise en chômage technique des personnels non essentiels, ou à défaut la dotation d’une subvention d’équilibre mensuelle de l’ordre de 2 milliards FCfa en cas de poursuite de l’exploitation durant la période que durera la pandémie.
 
Entreprise à capitaux 100% publics, la compagnie croule sous un endettement de près de 35 milliards FCfa ainsi que de nombreux mois d’arriérés de salaire à son personnel. Le transporteur n’a jamais véritablement pris son envol depuis son lancement, le 28 mars 2011. Particulièrement remuant, le Syndicat des travailleurs des transports aériens (STTA) a récemment alerté sur un risque très élevé de cessation d’activités, assortie d’une menace très sérieuse de perte du certificat de transporteur aérien (CTA), du fait d’un cadre institutionnel défavorable.
 
Et d’évoquer une exploitation réduite au point le plus bas, un personnel traumatisé et terrorisé, un organigramme non connu et/ou non pourvu, l’absence de vision, de missions, d’objectifs et de valeurs claires, la perte drastique et dramatique de la clientèle, le surendettement, mais aussi des locations et acquisitions inappropriées du matériel et des aéronefs.
 
Avec 6 directeurs généraux nommés en l’espace de 8 ans, la Camair-Co avait déjà, en 2016, fait l’objet d’une proposition de plan de redressement du cabinet américain Boeing Consulting, validée par le président Paul Biya et qui ne semble pas avoir prospéré. Cette stratégie prévoyait notamment, outre l’apurement de la dette, l’injection de 60 milliards FCfa, le redimensionnement du réseau ainsi que la modernisation du parc d’aéronefs à 14 appareils. Il était également question, outre la reprise des vols domestiques, de l’ouverture de 5 dessertes intercontinentales et de 13 destinations régionales.
 
En début mars 2020, Yaoundé a commandé un nouvel audit de la Camair-Co au cabinet français Efac pour des honoraires d’un peu plus de 59 millions FCfa.

FCEB/te/APA

Réagir à cet article