Burkina Faso-Presse-Revue

Grogne sociale, coronavirus et politique occupent la Une des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant: Alban Kini

Les quotidiens burkinabè de ce vendredi continuent de commenter l’actualité marquée par l’épidémie de coronavirus, la politique, ainsi que la grogne sociale.

«Suspension de tout évènement d’envergure: la coalition syndicale ne se sent pas concernée», arbore en première page Aujourd’hui au Faso qui ajoute que la manifestation du 17 mars prochain pour protester contre l’application de l’Impôt unique sur les traitements et salaires (IUTS) sur les indemnités et primes des agents du public est maintenue.

A ce sujet, Le Quotidien (Privé) affiche: «Satisfaction de la plateforme revendicative du collectif syndical CGT-B (Confédération générale du travail du Burkina): la grève générale et la marche-meeting maintenues».

De son côté, Le Pays renseigne que l’Unité d’action syndicale (UAS) maintient son meeting du 17 mars prochain, malgré l’interdiction des grands rassemblements décidée en conseil des ministres.

Le même journal publie «les consignes de l’église catholique» à propos des mesures visant à éviter la propagation de la maladie de Coronavirus ou Covid 19.

Parlant de coronavirus, le quotidien national Sidwaya met à sa Une, les propos du Dr Jean Kondombo qui dit qu’«une réponse efficiente est apportée à chaque patient».

Pour sa part, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè, dans sa rubrique ‘’Une Lettre pour Laye’’ croit savoir «comment prendre ce coronavirus par la couronne».

En politique, L’Observateur revient sur la situation au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir), mentionnant que l’on ne se bouscule pas au collège électoral pour les dépôts de candidatures à la présidence du parti.

Quant à Sidwaya, il fait observer que pour les élections couplées (présidentielle et législatives) de 2020, «l’opposition s’arme contre la fraude».

Le journal rapporte que le Chef de file de l’opposition politique (CFOP) a organisé, hier jeudi à Ouagadougou, un atelier de formation sur les techniques de lutte contre la corruption et la fraude électorales au profit de ses membres.

ALK/cgd/APA

Réagir à cet article