Sénégal-Presse-Revue

La presse sénégalaise à fond sur la présidentielle

APA-Dakar (Sénégal) Par Ibrahima Dione

Les journaux sénégalais reçus mercredi à APA traitent essentiellement de l’actualité politique avec notamment la précampagne pour la présidentielle du 24 février 2019 qui bat son plein.

A l’occasion de l’installation de son directoire de campagne, mardi soir à Dakar, « Macky (Sall) arme ses troupes », indique WalfQuotidien. Ce journal informe que le candidat à sa réélection a soutenu, lors de cette manifestation politique, qu’« il faut qu’on arrête de dire un tel est un transhumant. Il n’y a pas de transhumance qui tienne, il s’agit de travailler pour le Sénégal ».

Sous le titre « d’autres vont suivre », EnQuête rapporte les propos de Macky Sall selon qui, « ces candidats recalés viennent d’une opposition républicaine, responsable et patriote pour renforcer le camp majoritaire ». A en croire ce quotidien, l’actuel locataire du palais présidentiel a demandé à ses nouveaux alliés « de ne pas écouter les insultes qui ne manqueront pas ».

De l’avis de L’Observateur, c’est « Macky contre maquis ». Poursuivant, le président sortant a déclaré qu’il ne « laisserait pas un responsable, quel qu’il soit, porter atteinte à (s)a réélection sur la base de son égo ». En outre, Macky Sall cité par ce journal avoue que « l’indiscipline et les actions fractionnistes » ne seront pas tolérées au sein de sa coalition.

Dans les colonnes de Vox Populi, Macky Sall poursuit dans cette dynamique en soulignant : « je n’insulte jamais et ce n’est pas dans cette campagne que je vais commencer ». Partant de là, il a ajouté que « ceux qui auront choisi la violence, s’exposeront aux conséquences de leurs actes ».

De son côté, le Soleil renseigne que c’est Mahammad Boun Abdallah Dionne qui « coordonne le pôle programme » de la Coalition Benno Bokk Yakaar. Le quotidien national précise qu’à part le Premier ministre, « aucun (autre) nom n’a été donné lors de la présentation du directoire ».

Pour sa part, Sud Quotidien s’intéresse au « jeu d’alliances des candidats » et se fait l’écho de la « grande offensive ». Pour le Professeur Moussa Diaw, enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (nord), « on est dans une situation de rivalité, de compétition et rien n’est gagné d’avance ».

Quant au journal L’AS, il annonce qu’ « Aïda Mbodj (est) vivement convoitée » avec les visites à son domicile d’Idrissa Seck (Coalition Idy 2019) et d’Ousmane Sonko (Coalition Sonko président). 


ID/te/APA

Réagir à cet article