Afrique-Économie-Transactions

L'argent mobile devient la voie de l'inclusion financière des pays à faible revenu (rapport)

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola

L'argent mobile, avec 290 services en direct dans 95 pays et 372 millions de comptes actifs, est entré dans le courant dominant et devient la voie de l'inclusion financière dans la plupart des pays à faible revenus, selon le rapport annuel sur l'état de l'industrie du Mobile Money publié par le cabinet GSMA.

Selon ce document parvenu mardi à APA, cette industrie a traité 2 milliards de dollars de transactions par jour en 2019, les transactions numériques représentant, pour la première fois, 57% des interactions de l'argent mobile dans le monde. 

L'argent mobile continue ainsi d'investir dans les réseaux de distribution, le nombre de points de vente ayant presque triplé au cours des 5 dernières années, la portée d'un agent d'argent mobile étant désormais 7 fois supérieure à celle des distributeurs automatiques de billets et 20 fois supérieure à celle des succursales bancaires, constate GSMA qui revendique plus de 750 opérateurs et près de 400 entreprises, appartenant à l’écosystème plus vaste du mobile dans le monde. 

Dans le même temps, des millions de migrants et leurs familles profitent des avantages vitaux des envois de fonds internationaux réputés plus rapides, plus sûrs et moins chers, une aide humanitaire en espèces étant par ailleurs fournie de manière plus rationnelle aux personnes en crise. 

Le rapport exprime néanmoins ses vives inquiétudes quant à certaines décisions politiques, à l’instar de la fiscalité sectorielle et des exigences de localisation des données, qui exercent une pression sur l'argent mobile et créent un risque réel d'impacts négatifs, à long terme, sur les gains d'inclusion financière, l'accès à des services innovants et la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (ODD).

FCEB/te/APA

Réagir à cet article