Côte d’Ivoire-Politique

Les députés de l’opposition dénoncent une «violation» du Règlement pour la mise en place du Bureau de l’Assemblée nationale

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Les groupes parlementaires PDCI-RDA (Parti démocratique de Côte d’Ivoire-section du Rassemblement démocratique africain), Rassemblement et Vox populi (opposition) ont dénoncé, mercredi, la « violation » des textes qui régissent l’Assemblée nationale pour la formation du bureau de l’institution.

Selon le député Yasmina Ouégnin du groupe parlementaire Vox populi qui a lu la déclaration au nom des trois groupes en présence de leurs présidents respectifs Maurice Kakou Gukahué (PDCI), Célestine Olibé Tazéré (Rassemblement) et Martin M’bolo (Vox populi), le nouveau président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro (RHDP, pouvoir) a proposé « une configuration du bureau en violation des textes ».

La députée Yasmina rappelle que de par les dispositions des articles 6 et 12 du Règlement, le bureau qui « doit être le reflet de la configuration politique de l’Assemblée »,  est composé  de « 27 membres dont le président, 11 Vice-présidents, 3 questeurs et 12 secrétaires ».

Ainsi avec la nouvelle configuration de l’Assemblée nationale après la démission du président Guillaume Soro, explique-t-elle, et au titre du renouvellement du mandat des membres du Bureau, hormis le Président  afin de se conformer à l’obligation légale et compte tenu du poids respectif de chaque groupe parlementaire, les attributions de postes devraient-elles se présenter de la manière suivante :

« Groupe parlementaire RHDP (153 membres) : 6 Vice-présidents, 2 questeurs, 7 secrétaires ; Groupe parlementaire PDCI-RDA (68 membres) : 3 Vice-présidents, 1 questeur, 3 secrétaires ; Groupe parlementaire Rassemblement (16 membres) : 1Vice-président, 0 questeur, 1 secrétaire ; Groupe parlementaire Vox populi (10 membres) : 1 Vice-président, 0 questeur, 1 secrétaire », indique Yasmina Ouégnin.

Selon elle, « la pratique universelle et l’usage nationale en la matière » commande, également, qu’un poste de Vice-président devrait être réservé aux parlementaires indépendants (5 non-inscrits).

Contre toute attente, s’indignent les députés de l’opposition, au cours des deux réunions les 17 et 23 avril dans le cadre de la  consultation des groupes parlementaires pour la constitution du bureau, le président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro,  propose une autre clé de répartition qui donne « un vice-président et un questeur au PDCI-RDA,  un Secrétaire respectivement au groupe Rassemblement et Vox populi ».

Pour les trois groupes parlementaires, c’est «une dérive et une violation de nos textes inacceptables» et appellent  M. Soumahoro à « se conformer aux dispositions réglementaires ».

 « Nous ne quémandons pas des postes dans son cabinet de président de l’institution, nous voulons, simplement ce que la loi nous autorise à avoir. Car, le bureau de l’Assemblée nationale est validé par le Conseil constitutionnel », insiste Maurice Kakou Guikahué.

HS/ls/APA

Réagir à cet article