Mauritanie-Afrique-Gouvernance

Les IGE d’Afrique en conclave à Nouakchott

APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondant : Mohamed Moctar

Les travaux de la 7ème Assemblée générale et du sixième colloque international du Forum des inspections générales des États d’Afrique et institutions assimilées ont démarré, lundi à Nouakchott, a constaté APA.

Cette rencontre périodique se tient cette année sous le thème : «La bonne gouvernance et la lutte contre la corruption au service du développement ».

Elle prévoit des discussions sur de nombreux sujets, dont  le rôle et la place des organes de surveillance, le cadre juridique de la lutte contre la corruption, le financement du terrorisme, les défis, paris et expériences des inspections générales et la réponse à la problématique de la gouvernance.

Ces sujets comprennent également le rôle des inspecteurs généraux de l'État en Afrique, le rôle de la justice pénale dans la lutte contre la corruption, le modèle mauritanien, le système bancaire et la lutte contre le blanchiment de capitaux ainsi que la lutte contre les détournements de fonds.

« Il s’agit d’un maillon de la coopération internationale dans le domaine de la lutte contre la gabegie qui est devenue une forme de crime transfrontalier », a souligné l’inspecteur général de l’Etat en Mauritanie, Abderrahmane Ould Mohamed.

Ce dernier a expliqué, dans un mot à l’ouverture de l’assemblée, que les inspections d’Etat et institutions assimilées constituent désormais le fer de lance de la lutte contre la gabegie dans les pays africains.

Pour ce faire, a-t-il précisé, l’Inspection de l’Etat est épaulée dans sa mission par plusieurs autres structures comme la Cour des comptes, l’Inspection générale des finances et la Direction générale de lutte contre les crimes économiques et financiers et les inspections internes au niveau des départements ministériels.

De son côté, le secrétaire exécutif du Forum des inspections générales des États d’Afrique, le Djiboutien Hassan Issa Sultane a indiqué que ce forum créé en 2006 vise à mettre en place un mécanisme d’échange d’expertises entre les différentes instances de surveillance dans les pays africains.


MOO/te/APA

Réagir à cet article