Gabon-Téléphonie

Numérotation téléphonique : le Gabon passe à 9 chiffres le 13 juillet prochain

APA – Libreville (Gabon) – De notre correspondant : Isaac Mackanga –

Le président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), Lin Mombo a annoncé, lors d’une conférence de presse, que la numérotation téléphonique allait passer au Gabon de huit à neuf chiffres dès le 13 juillet prochain.

«Cette décision de l’ARCEP prise en concertation avec les opérateurs du secteur, vise d’une part, à anticiper sur une nouvelle saturation du plan de numérotation national actuel et, d’autre part, à la mettre en conformité avec les règles internationales en la matière, qui préconisent la suppression du zéro après l’indicatif international du pays », a expliqué Lin Mombo qui rencontrait les journalistes, lundi soir.

 « Pour le Gabon c’est le +241 ou encore le 00 241 », a ajouté le président de l’Arcep, entouré à l’occasion des responsables de deux opérateurs de la téléphonie mobile, Gabon Télécom et Airtel Gabon.

Le plan de numérotation est un dispositif vivant en constante évolution qui doit s’adapter au fil des années au développement des technologies et au nombre d’usagers afin de garantir la continuité des évolutions et la réduction de la fracture numérique, a expliqué le régulateur.

Ainsi pour appeler un numéro fixe, en lieu et place du 01 actuel, il faudra composer 011, puis six autres chiffres. Pour la téléphonie mobile, il faut composer en préfixe 066, 062 et 065 pour l’opérateur Gabon Télécom de six autres chiffres.

En revanche pour l’opérateur Airtel Gabon, il faudra faire en préfixe 077 ou 074 et les chiffres suivants.

Pour ce qui est de l’international, les personnes appelant vers le Gabon devront composer l’indicatif du Gabon +241 ou 00241 en supprimant le 0 du préfixe et garder le reste des chiffres du numéro de téléphone du correspondant.

En 1990, le Gabon comptait à peine près de 30 000 abonnés au téléphone. En 2019, il a été recensé 2 960 554 abonnés au mobile et 1 945 827 d’internautes, selon l’Arcep.


PIM/cat/APA

Réagir à cet article