Côte d’Ivoire-Electricité

Ouverture à Abidjan de la première édition du Salon itinérant de l’électricité en Afrique

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

La première édition du Salon itinérant de l’électricité en Afrique «elec expo Abidjan» s’est ouverte, mercredi soir, à Abidjan en présence de nombreuses personnalités dont la Vice-présidente de l’Assemblée nationale ivoirienne, Jeanne Peuhmond et l’Ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, Abdelmalik Kettani, a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne.

Dans son allocution d’ouverture, Mme Peuhmond qui représentait le Président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafori Soro, a salué le choix de la Côte d’ivoire pour abriter cette édition.

Ce choix de la Côte d’Ivoire relève à la fois de sa position géostratégique, de son poids économiques sur le continent et son rôle de locomotive en Afrique de l’Ouest, mais aussi et surtout de la volonté du pays de relever son défi énergétique, soulignent les organisateurs dans un document remis à la presse.

Perçue comme étant la porte d’entrée commerciale de l’Afrique francophone, la Côte d’Ivoire veut doubler la capacité énergétique d’ici 2020. Son taux d’électrification actuel est de 55,80%. Avec une économique de plus en plus diversifiée et en croissance (7% en perspective pour 2018), le pays s’attend à une demande d’électricité croissante.

« elec expo Abidjan » ambitionne de booster à partir de la Côte d’Ivoire le développement du secteur d’électricité et énergies renouvelables en Afrique où le taux d’accès à l’énergie moderne, notamment l’électricité, demeure faible avec 60% des populations rurales qui n’ont pas d’électricité.

Khalil El Guermaï, Directeur général de la Fédération nationale de l’électricité, l’électronique & les énergies renouvelables (FENELEC) du Maroc et Secrétaire général permanent de la Confédération africaine d’électricité  (CAFELEC), a relevé un fort engouement à ce salon qui s’explique par plusieurs facteurs.

 «La maturité du secteur de l’électricité au Maroc et l’expérience marocaine sont des actifs qui peuvent servir de modèles aux pays frères du continent qui ont des taux d’électrification insuffisants », a-t-il expliqué en soutenant que «du fait du retard énergétique et des nouvelles orientations stratégiques de l’essentiel des pays d’Afrique subsaharienne, l’Afrique offre un des marchés les plus intéressants au monde ».

 « Il n’y a pas de croissance inclusive et durable tant qu’une partie du continent reste dans le noir », a poursuivi Khalil El Guermaï, ajoutant que « dans ce combat et au-delà du rôle assuré par les gouvernants en matière de politique énergétique et de coopération, le secteur privé a une valeureuse partition à jouer. C’est ce que la FENELEC tout comme la CAFELEC s’évertuent à faire dans des logiques de partenariat public-privé (PPP) mais aussi entre acteurs privés. »

Considéré  désormais comme la plus grande messe énergétique ouest-africaine « elec expo Abidjan» accueille plus d’une centaine d’exposants venus du pays hôte, du Maroc, de la Tunisie, du Sénégal, d’Espagne, d’Arabie Saoudite, du Togo, du Bénin, du Ghana, du Mali...

Le Maroc y a la plus forte délégation étrangère avec 34 entreprises à travers une mission commerciale conduite par la toute nouvelle Agence marocaine de promotion et de développement des investissements et des exportations (AMDIE) et la Fédération nationale de l’électricité, l’électronique & les énergies renouvelables (FENELEC). Près de 5000 visiteurs sont attendus en trois jours à cette première édition.

Nouvelle plateforme d’excellence du secteur, « elec expo Abidjan » réunit une centaine de fabricants d’équipements, distributeurs, bureaux d'études, fournisseurs d’électricité, installateurs, bailleurs de fonds et donneurs d’ordre.

Ils représentent toutes les branches de l’électricité et d’énergies renouvelables, de la production d'énergie électrique à l’efficacité énergétique, en passant par les réseaux de transport et de distribution, le contrôle, l’automation, l’éclairage, le solaire, l’éolien, les matériels électriques, les outillages et matériel de sécurité, les appareillages de tests et mesures, l’électricité domestique ou encore la domotique.

Des conférences plénières portant sur les enjeux énergétiques actuels tels que l’efficacité énergétique, les inter-connectivités des pays ou encore les sources d’énergies alternatives sont au menu de cette édition.

Il s’agissait, pour la CAFELEC et ses partenaires, de pousser la réflexion et confronter les expertises entre pays du Maghreb ayant un taux de couverture électrique de plus ou moins 100%  et ceux d’Afrique subsaharienne.

Au regard des disparités en matière d’électrification relevées dans le rapport «Global Energy Architecture Performance Index », et qui fait état d’un taux d’électrification de 85,40% pour l’Afrique du Sud, le Ghana (64,06%), le Sénégal (56,50%), la Côte d’Ivoire (55,80%) et le Nigeria (55,60%), la plus part des pays du continent enregistre un taux n’atteignant pas les 50%.

L’Association patronale ivoirienne du secteur de l’électricité (APESELCI), partenaire de l’événement, veut faire du Salon «elec expo Abidjan » un booster pour le secteur en Côte d’Ivoire.  Son Président, Aly Diaby a invité ses confrères opérateurs ivoiriens à y participer rappelant qu'il est  « une occasion d’échanger, de partager des expériences afin de permettre aux entreprises ivoiriennes du secteur d’émerger ».

LS/APA

Réagir à cet article